Quantcast i24NEWS - Début de l'enquête internationale sur l'attaque chimique présumée en Syrie

Début de l'enquête internationale sur l'attaque chimique présumée en Syrie

An image grab taken from a video released by the Syrian civil defence in Douma shows unidentified volunteers giving aid to children at a hospital following an alleged chemical attack on the rebel-held town on April 8, 2018
HO (AFP)

Des experts internationaux ont débuté dimanche en Syrie leur enquête sur l'attaque chimique présumée qui a entraîné des frappes occidentales d'une ampleur inédite contre le régime de Bachar al-Assad et provoqué un vif regain de tensions diplomatiques.

La mission de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), qui a pour mandat d'enquêter sur l'utilisation éventuelle d'armes chimiques mais pas d'en identifier les auteurs, est arrivée samedi à Damas.

Le plus grand secret entoure son travail.

Le vice-ministre syrien des Affaires étrangères, Fayçal Mokdad, s'est toutefois rendu dimanche à l'hôtel où réside la mission de l'OIAC à Damas et en est ressorti trois heures plus tard, a constaté une journaliste de l'AFP.

Les missions d'enquête de l'OIAC débutent toujours par une série d'entretiens privés avec des officiels.

Il n'était en revanche pas confirmé que les experts se soient rendus sur place, à Douma, comme l'avait annoncé dans la matinée un officiel syrien.

"Nous laisserons l'équipe faire son travail de manière professionnelle, objective, impartiale et loin de toute pression. Les résultats de l'enquête infirmeront les allégations mensongères" contre Damas, avait-il assuré.

En 2014, l'OIAC avait affirmé que la Syrie s'était débarrassée de ses armes chimiques conformément à un accord international. En 2017, une mission d'enquête conjointe avec l'ONU avait toutefois conclu que Damas avait utilisé du sarin, puissant gaz neurotoxique, à Khan Cheikhoun (nord-ouest) dans une attaque où 80 personnes avaient péri.

Sur place, le travail s'annonce compliqué pour les enquêteurs qui arrivent plus d'une semaine après les faits, dans une zone passée depuis sous contrôle du régime et de la police militaire russe et ravagée par cinq ans de siège et une violente offensive lancée le 18 février.

Les derniers combattants rebelles de Douma, ainsi que des civils, ont été évacués samedi dans le cadre d'un accord de reddition signé le 9 avril, deux jours après l'attaque chimique présumée.

La région est désormais "nettoyée" de tous les insurgés, a annoncé l'armée syrienne.

Les présidents américain Donald Trump et français Emmanuel Macron ont assuré avoir la preuve de l'utilisation d'armes chimiques à Douma.

Une responsable de l'administration américaine a notamment précisé que les Etats-Unis avaient des informations "plus claires" sur une utilisation de chlore mais aussi "des informations significatives" sur un usage de sarin.

Commentaires

(0)
8Article précédentSyrie: de nouvelles frappes occidentales provoqueraient "le chaos" (Poutine à Rohani)
8Article suivantLes frappes occidentales en Syrie résultent du "lobby sioniste" (Nasrallah)