Quantcast i24NEWS - La Turquie accusée d'avoir revendu à l'Iran des composants électroniques israéliens sensibles (média)

La Turquie accusée d'avoir revendu à l'Iran des composants électroniques israéliens sensibles (média)

Turkish President Recep Tayyip Erdogan, left, speaks with Iranian President Hassan Rouhani during a joint press conference after their meeting at the Saadabad Palace in Tehran, Iran, Wednesday, Oct. 4, 2017.
(Kayhan Ozer/Presidency Press Service, Pool Photo via AP)

L’ONU a ouvert une enquête visant la Turquie concernant la livraison illégale de composants électroniques sensibles de fabrication israélienne à l’Iran, révèle ce jeudi le site d’information Ynet.

La vente de ces composants, qui peuvent être utilisés dans la recherche nucléaire, constitue selon l'ONU une violation des termes de la résolution 2231 du Conseil de sécurité adopté en 2015, soit l’adoption du Plan d’action global commun par l’Iran, plus communément désigné comme l’accord sur le nucléaire iranien.

Localisée pendant près de 40 ans dans le sud de la France, la société de production de ces composants électroniques, Celem, a déménagé son siège à Jérusalem en 2003.

D’après les informations de Ynet, Celem aurait vendu à la Turquie des condensateurs électroniques de type CSP 180-300 qui les auraient ensuite revendus à Téhéran.

Screenshot

L'une des cargaisons illicites aurait été découverte en juillet 2017 "un peu par hasard" par les Emirats arabes unis lors d’un contrôle, selon le site israélien, qui précise que les Emirats ont par la suite averti les Nations unies.

"Nous allons prouver que nous avons vendu à une entreprise turque légale. Nous ne vendons pas aux pays ennemis", s'est pour sa part défendu Celem.

"La plupart de nos ventes se font avec l’Europe et les Etats-Unis, mais la Turquie n'est pas un Etat ennemi et il n'y a aucune raison de ne pas commercer avec elle", s’est justifié la société.

"Si la marchandise est effectivement arrivée en Iran, l'acheteur turc nous a trompés", a-t-elle ajouté.

Cette révélation intervient alors que les Etats-Unis ont décidé la semaine dernière de se retirer de l'accord sur le nucléaire iranien qu'ils qualifient de "désastreux". Une semaine avant cette annonce fracassante, Israël avait dévoilé une opération historique menée par le Mossad ayant permis de récolter des preuves "nouvelles et concluantes" du programme nucléaire iranien issues des archives atomiques secrètes de l'Iran.

"Ces dossiers prouvent de manière évidente que l'Iran est en train de mentir sur son programme nucléaire militaire", avait affirmé le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou. "1500 dossiers secrets prouvent que l'Iran a menti sur son programme nucléaire militaire et l'Iran n'a pas respecté les conditions de l'AIEA", avait-il ajouté.

Commentaires

(1)

quand les gens sont pris la main dans le pot de confiture,soit ils avouent tout, soit ils nient l'evidence, soit ils creent dr toutes pieces un incident pour detourner l'attention Aaretz

8Article précédentLa Turquie accusée d'avoir revendu à l'Iran des composants électroniques israéliens sensibles (média)
8Article suivantLe Hamas affirme qu'Israël a rejeté ses offres d'échange de prisonniers