Quantcast i24NEWS - Cisjordanie: deux Italiens ayant peint un portrait géant d'Ahed Tamimi arrêtés puis libérés

Cisjordanie: deux Italiens ayant peint un portrait géant d'Ahed Tamimi arrêtés puis libérés

Jorit Agoch, artiste italien, peint sur le mur de séparation israélien en Cisjordanie un portrait géant d'Ahed Tamimi, le 25 juillet 2018
AFP/Archives

La police israélienne a libéré dimanche deux Italiens arrêtés pour avoir peint un portrait géant d'Ahed Tamimi, devenue "l'icône de la résistance palestinienne", sur le mur de séparation en Cisjordanie, selon des sources officielles israélienne et italienne.

"Les deux Italiens soupçonnés d'avoir abîmé et vandalisé la clôture de sécurité (le mur de séparation) dans le secteur de Bethléem" ont été libérés, a annoncé la police israélienne dans un communiqué, sans préciser leur identité.

"Mais leur visa de séjour a été annulé et ils devront quitter Israël dans les 72 heures. Dans le cas où ils n'obtempéreraient pas, ils seront expulsés", a-t-elle prévenu.

Haute de près de quatre mètres, la fresque représente le désormais célèbre visage de cette jeune Palestinienne de 17 ans, qui a purgé une peine de prison pour avoir giflé des soldats israéliens dans la cour de la maison familiale.

Dimanche matin, l'activiste palestinienne est sortie de prison après avoir purgé une peine de huit mois de prison en Israël.

La police des frontières israélienne avait arrêté samedi deux Italiens et un Palestinien, soupçonnés "d'abîmer et de vandaliser le mur de sécurité dans la zone de Bethléem", a indiqué la police dans un communiqué de presse.

Les trois hommes, dont les visages étaient masqués, sont accusés d'avoir peint illégalement sur le mur, précise le communiqué. Ils étaient toujours en détention dimanche.

Musa Al SHAER (AFP)

Le ministère italien des Affaires étrangères a indiqué dimanche suivre "avec la plus grande attention le cas des deux Italiens arrêtés à Bethléem", précisant que le consul italien s'était rendu "au lieu de détention à Jérusalem" et qu'un avocat du consulat avait pu s'entretenir avec les deux hommes.

L'artiste de rue italien Jorit Agoch avait revendiqué mercredi être l'auteur du portrait. Un message publié samedi soir sur une page Facebook - qui porte son nom - indiquait qu'il avait été arrêté et demandait de l'aide.

Ahed Tamimi et sa mère sont rentrées dimanche dans leur maison familiale à Nabi Saleh. L'adolescente avait été arrêtée le 19 décembre 2017 après la diffusion d'une vidéo où elle frappait des soldats israéliens dans son village en Cisjordanie.

"La résistance continuera jusqu'à ce que l'occupation prenne fin", a clamé devant un mur de caméras l'adolescente qui semblait détendue même si parfois submergée par les journalistes qui la poursuivaient.

T-shirt noir et épaules recouvertes d'un keffieh, châle symbole de la résistance palestinienne, Ahed Tamimi, encadrée de ses parents, a ajouté qu'elle refusait de répondre aux questions de journalistes israéliens en raison selon elle de leur "couverture médiatique injuste".

Commentaires

(0)
8Article précédentMahmoud Abbas au Caire dimanche pour relancer le processus de réconciliation palestinien
8Article suivantIran: le rial au plus bas face au dollar avant le retour des sanctions américaines