Quantcast i24NEWS - Gaza: un 3ème Palestinien, blessé lors de heurts avec l'armée israélienne décède

Gaza: un 3ème Palestinien, blessé lors de heurts avec l'armée israélienne décède

Colleagues of medic Abdullah al-Qatati, who was killed during protests at the Israel-Gaza border, mourn outside a hospital in Khan Yunis on August 10, 2018
SAID KHATIB (AFP)

Un troisième Palestinien, blessé vendredi lors des affrontements avec l'armée israélienne à la barrière de sécurité qui sépare Israël de la bande de Gaza, a succombé à ses blessures, a annoncé samedi le ministère gazaoui de la Santé.

Ahmed Abou Luli, 40 ans, est décédé après avoir été blessé par balle lors des émeutes a précisé cette source, portant à trois le nombre de décès suite aux heurts entre Gazaouis et soldats israéliens vendredi, lors de manifestations dans le cadre du mouvement de protestation palestinien "grande marche du retour".

Près de 9000 Palestiniens se sont rassemblés vendredi, selon l'armée israélienne, en cinq points le long de la clôture, après un calme précaire dans et autour de l'enclave qui a suivi un accord de cessez-le-feu en vigueur depuis jeudi soir entre les deux parties.

Said KHATIB (AFP)

"Les manifestants ont lancé des pierres et des pneus enflammés contre les soldats qui ont riposté en utilisant des moyens anti-émeutes et par des tirs conformément aux instructions", a déclaré vendredi l'armée israélienne, ajoutant que les soldats avaient également repéré plusieurs tentatives d'infiltration, mais les suspects avaient rebroussé chemin.

Dans le nord de Gaza, des tirs d'artillerie ont par ailleurs ciblé deux positions du groupe islamiste Hamas au contrôle de l'enclave, après qu'une grenade a été lancée sur les forces de sécurité sans faire de victime, a indiqué l'armée.

Lors de ces émeutes, un Palestinien âgé de 55 ans, Ali Al Aloul, a été tué près de Rafah (sud). Plus tôt, dans le même secteur, Abdallah al-Qatati, un secouriste palestinien âgé de 22 ans, a été atteint à la poitrine, et a succombé à ses blessures, a indiqué le ministère gazaoui de la Santé. Au moins 242 autres personnes ont été blessées, a-t-il ajouté.

Selon des sources gazaouies, le chef adjoint du Conseil législatif palestinien, Ahmed Bahar, ainsi que plusieurs autres hauts responsables ont également participé aux manifestations à Khan Younès, dans le sud de Gaza.

AP Photo/Khalil Hamra

De nouveaux incendies

Côté israélien, une dizaine d'incendies ont été déclarés dans les localités proches de la bande de Gaza, déclenchés par des ballons incendiaires lancés depuis le territoire palestinien.

Après des mois de tensions grandissantes, l'enclave palestinienne et ses pourtours israéliens ont connu entre mercredi et jeudi soir l'une de leurs plus graves confrontations depuis la guerre de 2014.

Plus de 180 roquettes et obus de mortier ont été tirés de Gaza vers Israël, faisant plusieurs blessés et précipitant les Israéliens vers les abris.

L'aviation israélienne a répondu en frappant plus de 150 sites militaires du Hamas.

Ripostant par ailleurs à la chute, pour la première fois depuis 2014, d'une roquette en Israël près de Beer-Sheva, à une quarantaine de kilomètres de Gaza et non plus seulement à proximité de l'enclave palestinienne, l'Etat hébreu a détruit un immeuble de cinq étages jeudi après-midi dans le centre de la ville de Gaza, qui "abritait les activités militaires des forces de sécurité intérieures du Hamas", selon l'armée.

D'après une source proche des négociations, Israël et le Hamas ont accepté jeudi soir un cessez-le-feu lors de discussions indirectes par l'entremise du voisin égyptien et des Nations unies. Le cessez-le-feu devait entrer en vigueur peu avant minuit (21H00 GMT), a-t-elle précisé.

Mais aucune confirmation officielle n'a été obtenue d'Israël ou du Hamas. La nuit et la matinée cependant étaient calmes à Gaza et dans sa périphérie israélienne.

Commentaires

(0)
8Article précédentIran: la TV accusée de rendre inaudibles des cris antirégime lors d'un match
8Article suivantEgypte: un attentat contre une église déjoué (médias d'Etat)