Quantcast i24NEWS - Cisjordanie: maintien en détention d'un juriste français après une manifestation à Khan al-Ahmar

Cisjordanie: maintien en détention d'un juriste français après une manifestation à Khan al-Ahmar

Un professeur français de droit arrêté par les forces de l'ordre israéliennes lors d'une manifestation contre la démolition d'un village bédouin en Cisjordanie pourrait être maintenu en détention jusqu'à lundi, a indiqué samedi son avocate.

Après des années de bataille judiciaire, la Cour suprême israélienne a donné la semaine dernière son feu vert à la démolition de Khan al-Ahmar, village où vivent environ 200 bédouins à l'est de Jérusalem.

Frank Romano a été arrêté vendredi en marge d'échauffourées ayant eu lieu dans ce village entre quelques dizaines de militants pro-palestiniens et des garde-frontières israéliens. Un porte-parole de la police a alors annoncé avoir arrêté trois manifestants.

"De façon tout à fait exceptionnelle, la législation militaire en vigueur en Cisjordanie a été appliquée à Frank Romano qui est accusé d'entraves à l'action de policiers et de soldats israéliens, si bien que le délai maximum pour qu'il soit présenté devant un juge est de 96 heures", a affirmé Me Gabi Lasky.

"En général, c'est la loi israélienne prévoyant un délai limité à 24 heures, dans ce genre de cas impliquant des Israéliens ou des étrangers, qui est appliquée", a ajouté l'avocate.

Me Lasky va demander l'intervention d'un juge israélien pour que le sort de son client soit tranché selon la législation israélienne.

ABBAS MOMANI (AFP)

Selon l'ONG de gauche B'Tselem, Frank Romano a entamé une grève de la faim dans le centre de détention de Jérusalem où il est détenu et continuera "jusqu'à l'abandon" de la décision de raser le village bédouin.

Le Parlement européen a adopté jeudi une résolution dénonçant fermement la décision israélienne de démolir le village bédouin illégal de Khan al-Ahmar en Cisjordanie, et réclamant à l’Etat hébreu des compensations pour la destruction de ses structures.

Selon la résolution, adoptée à 320 voix pour et 277 contre, "la démolition de Khan al-Ahmar et le transfert forcé de ses habitants constituerait une grave violation du droit humanitaire international".

Selon les avocats des résidents de Khan al-Ahmar, ces derniers ont été forcés de construire sans permis car Israël n'en accorde que rarement aux Palestiniens vivant dans cette région située à l'Est de Jérusalem.

Commentaires

(1)

L’envoyé spécial renvoyé...

8Article précédentUSA: réduction des fonds destinés aux programmes de coexistence entre Israéliens et Palestiniens
8Article suivantGaza: funérailles du jeune palestinien tué dans des affrontements à la frontière