Quantcast i24NEWS - Iran: un responsable conservateur pour un dialogue avec des mouvements anti-Trump

Iran: un responsable conservateur pour un dialogue avec des mouvements anti-Trump

Une manifestation anti-Trump à New York, le 20 février 2017
TIMOTHY A. CLARY (AFP)

Un responsable conservateur iranien s'est dit favorable à un dialogue avec des "mouvements anti-Trump" aux Etats-Unis, a rapporté samedi un journal, une déclaration perçue comme une évolution de la position des conservateurs en République islamique.

Les conservateurs en Iran sont généralement hostiles à la politique du président modéré Hassan Rohani, notamment sa volonté de rapprochement avec les Occidentaux, en tête desquels les Etats-Unis, pays avec lequel l'Iran n'entretient pas de relations diplomatiques depuis 1980.

Mais la situation économique et financière de l'Iran préoccupe les responsables politiques depuis le rétablissement en août des sanctions américaines à la suite du retrait en mai des Etats-Unis de l'accord nucléaire conclu en 2015 avec les grandes puissances.

Farouchement hostile au pouvoir en Iran, l'administration de Donald Trump prévoit de rétablir début novembre une deuxième série de sanctions visant spécifiquement le secteur énergétique iranien.

"L'Amérique n'est pas Trump", a affirmé Heshmatollah Falahat-Pisheh, député conservateur à la tête de la puissante commission parlementaire des Affaires étrangères et de la sécurité nationale, selon le quotidien réformateur Arman.

Il convient donc, selon lui, que "l'Iran créé des liens avec des mouvements anti-Trump aux Etats-Unis".

SAUL LOEB (AFP)

Pour Mehdi Motaharnia, un analyste politique basé à Téhéran, la proposition de M. Falahat-Pisheh est "très significative" puisqu'elle reflète un potentiel revirement dans la position des conservateurs sur l'attitude à adopter avec les Américains.

"Cette position est exprimée par un conservateur, alors que des membres de cette faction avaient traité le ministre des Affaires étrangères Javad Zarif de traître pour avoir négocié avec les Etats-Unis", a rappelé l'expert, cité par le quotidien réformateur Hamdeli.

"Mais maintenant nous n'avons plus de telles réactions quand le chef de la commission des Affaires étrangères et de la sécurité nationale propose des négociations", a-t-il ajouté.

M. Rohani n'avait cessé de faire les frais des attaques des ultraconservateurs, qui ont vu dans la dénonciation de l'accord de Vienne par les États-Unis, la preuve, à posteriori, du bien-fondé de leur méfiance vis-à-vis de l'Occident.

En août dernier, le guide suprême iranien Ali Khamenei a écarté tout espoir de dialogue avec Washington mais il a dans le même temps critiqué ceux qui ont appelé au départ de M. Rohani, affirmant qu'"ils font le jeu des ennemis".

Commentaires

(5)

Le Président Trump va écraser l'Iran. Les anti-Trump ne feront pas le poids.

Tout à fait d'accord

Merci monsieur trump

Comment commenter pareil fatras d'âneries incompréhensibles dont l'Agence a le secret ???? Les mollahs pourront s'allier avec la totalité des anti-TRUMP, en y ajoutant la quasi majorité des médias qui le lynchent au quotidien, que peuvent-ils espérer, là où l'opposition interne américaine a échoué malgré d'immenses moyens politico-médiatiques ??? Il ne reste plus à l'Iran qu'à attendre la deuxième vague de sanctions économiques concernant son pétrole, qui vont le mettre au bord du chaos ... Comme TRUMP a encore deux ans de mandat au cours desquels il a largement le temps de mettre à mal l'économie iranienne, sachant que l'UE n'a pas les moyens de défaire ou contourner les sanctions américaines ... Enfin, lire que Hassan Rohani, a la volonté de rapprochement avec les Occidentaux, en tête desquels les Etats-Unis, relève d'une supercherie ....

Finalement je prefere lore les commentaires de Damran que lrs articles biaisés

8Article précédentGaza: des milliers de personnes aux funérailles de Palestiniens tués dans des affrontements
8Article suivantGaza: les livraisons de carburants ne reprendront qu'en cas "d'arrêt des violences" (Lieberman)