Quantcast i24NEWS - Syrie: une centaine de cas de suffocation après une attaque aux "gaz toxiques" à Alep (médias d'Etat)

Syrie: une centaine de cas de suffocation après une attaque aux "gaz toxiques" à Alep (médias d'Etat)

Oum Majed, une Syrienne habitant à Binnich, dans le nord de la province d'Idleb, fabrique des masques à gaz artisanaux pour toute sa famille en prévision d'une éventuelle attaque chimique du régime, le 12 septembre 2018
Muhammad HAJ KADOUR (AFP)

Une centaine de cas de suffocation ont été rapportés après une attaque aux "gaz toxiques" en Syrie dans la métropole d'Alep, selon un nouveau bilan fourni dans la nuit par les médias d'Etat qui ont accusé les insurgés.

Citant des "sources médicales", l'agence officielle Sana a rapporté dans la nuit de samedi à dimanche "107 cas de suffocation", après un premier bilan d'une cinquantaine de blessés.

De son côté, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a rapporté "94 cas de suffocation".


Samedi, des médias officiels syriens ont accusé des groupes rebelles d'avoir utilisé des "gaz toxiques" dans une attaque contre Alep, la grande métropole du nord, rapportant alors des dizaines de "cas de suffocation" parmi les civils et évoquant un possible recours au "gaz de chlore".

"Les groupes terroristes armés ont visé en soirée les quartiers de Khaldiyé et Al-Nil dans la ville d'Alep avec des roquettes contenant des gaz toxiques", a assuré l'agence officielle Sana sur son site Internet, utilisant la terminologie habituelle des autorités pour désigner les insurgés, rebelles et djihadistes.

Le directeur des services de santé d'Alep, Ziad Hajj Taha, a fait état de 50 cas de suffocation alors qu'il était interrogé par la télévision étatique syrienne.

Il a évoqué une "probable" attaque "au gaz de chlore toxique", sur la base des symptômes que présentent les blessés.

"Tout est sous contrôle, les blessés sont en train d'être soignés", a-t-il ajouté, précisant toutefois que deux enfants se trouvaient dans un "état critique".

Ce n'est pas la première fois que les médias étatiques accusent les rebelles d'une attaque aux "gaz toxiques" contre Alep, conquise fin 2016 dans son intégralité par le pouvoir de Bachar al-Assad, après avoir été divisée pendant des années entre quartiers gouvernementaux et secteurs insurgés.

Commentaires

(0)
8Article précédentSyrie: des médias étatiques accusent les rebelles d'attaque au "gaz toxique" à Alep
8Article suivantSyrie: raids contre des zones rebelles après une attaque au "gaz toxique" (ONG)