Quantcast i24NEWS - Syrie: Washington a commencé à retirer du matériel, mais pas des troupes (Pentagone)

Syrie: Washington a commencé à retirer du matériel, mais pas des troupes (Pentagone)

A US military convoy passes the flashpoint Syrian town of Manbij on December 30, 2018, part of a deployment the US-led anti-jihadist coalition says it has now begun withdrawing following a controversial decision by President Donald Trump last month
Delil SOULEIMAN (AFP/File)

Les Etats-Unis ont commencé à retirer du matériel de Syrie mais pas encore des troupes, a indiqué vendredi un responsable du ministère de la Défense, tentant de clarifier des informations de la région.

"Nous ne retirons pas de troupes à ce stade", a indiqué ce responsable ayant requis l'anonymat, alors que la coalition internationale antijihadiste dirigée par les Etats-Unis a annoncé vendredi avoir "commencé le processus de retrait organisé de Syrie".

Interrogé sur le départ jeudi soir de quelque 150 soldats américains de la base militaire de Rmeilan, dans la province de Hassaké (est), signalé par le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, le responsable du Pentagone a indiqué qu'il s'agissait de simples mouvements de troupes.

"Les troupes rentrent en Syrie et en sortent" régulièrement, a-t-il indiqué. 

"Aucun soldat n'a encore été retiré" du pays mais du matériel "non essentiel", oui, a-t-il ajouté.

"Nous avons profité d'un mouvement de troupes normal, pour ajouter du fret qui a quitté la Syrie", a précisé un autre responsable militaire sous couvert d'anonymat. 

Cette annonce intervient moins d'un mois après l'annonce par le président américain Donald Trump du retrait de quelques 2.000 soldats américains de la Syrie.

La coalition internationale antidjihadiste a été créée en 2014, après la montée fulgurante du groupe Etat islamique (EI) en Syrie et sa conquête de larges pans des territoires syrien et irakien.

Plusieurs pays y participent, dont la France et la Grande-Bretagne. Mais il n'était pas clair dans l'immédiat si le retrait inclut également les troupes françaises et britanniques déployées sur le sol.

"Le président Trump a pris la décision de retirer nos troupes, nous allons le faire", a indiqué jeudi le chef de la diplomatie Mike Pompeo, se gardant toutefois de mentionner un calendrier.

Selon le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane, "des forces américaines se sont retirées jeudi soir de la base militaire de Rmeilan dans la province de Hasaké", dans l'est du pays.

L'Observatoire a fait état du retrait d'"une dizaine de véhicules blindés et d'équipements lourds".

Après avoir autoproclamé en 2014 un "califat" à cheval sur la Syrie et l'Irak, l'EI a subi une série de revers militaires.

Le groupe conserve encore quelques poches et cellules dormantes dans la "badiya" (désert), notamment dans l'est de la Syrie, où la coalition poursuit le combat avec l'appui au sol des Forces démocratiques syriennes (FDS) dominées par des combattants kurdes.

La guerre en Syrie a éclaté en 2011 après la répression par le régime de manifestations prodémocratie. Elle s'est complexifiée au fil des ans avec l'implication de groupes djihadistes et de puissances étrangères. Elle a fait plus de 360.000 morts.

Commentaires

(0)
8Article précédentGaza: affrontements à la frontière avec Israël, une Palestinienne tuée (ministère)
8Article suivantGaza: affrontements à la frontière avec Israël, une Palestinienne tuée (ministère)