Quantcast i24NEWS - L'Iran dévoile un nouveau missile de croisière d'une portée de 1.000 km

L'Iran dévoile un nouveau missile de croisière d'une portée de 1.000 km

Photo diffusée par les Gardiens de la révolution iranienne montrant une cérémonie de présentation du nouveau missile de croisière "Dezful" d'une portée de 1000 km le 7 février 2019 ( IRAN'S REVOLUTIONARY GUARDS WEBSITE/AFP / - ) Photo diffusée par les Ga
IRAN'S REVOLUTIONARY GUARDS WEBSITE/AFP

Les Gardiens de la Révolution islamique ont dévoilé jeudi un nouveau missile de croisière d'une portée de 1.000 km, selon l'agence de presse de l'armée idéologique de l'Iran.

Le nouveau missile appelé "Dezful" est un modèle plus récent que le Zolfaghar qui avait une portée de 700 km, a indiqué le général de brigade Amirali Hajizadeh, commandant de la force aérospatiale des Gardiens de la Révolution, selon l'agence Sepah.

L'Iran avait déjà annoncé samedi avoir testé avec "succès" un missile de croisière "Hoveizeh", d'une portée supérieure à 1.350 km, une annonce coïncidant avec le 40e anniversaire de la Révolution islamique.

La présentation du nouvel engin jeudi a été faite par M. Hajizadeh et le commandant des Gardiens de la Révolution, le général Mohamed Ali Jaafari, dans une usine de production de missiles qui n'a pas été localisée par l'agence Sepah.

Les programmes balistiques de la République islamique inquiètent les Occidentaux qui accusent l'Iran de vouloir augmenter la portée de ses missiles et de déstabiliser le Moyen-Orient, et Israël, ennemi juré de Téhéran. Certains officiers généraux iraniens affirment régulièrement souhaiter la destruction de l'Etat hébreu.

AFP

L'Iran répète que ses programmes de missiles répondent à une question de sécurité nationale, qu'ils n'ont qu'un but défensif et que cette question n'est pas négociable.

Les États-Unis et leurs alliés ont demandé à l’Iran de limiter sa production de missiles balistiques, qui peuvent atteindre certaines parties de l’Europe, et qui pourraient également avoir prochainement les États-Unis dans le viseur.

Les responsables occidentaux ont affirmé que la seule motivation de Téhéran pour fabriquer de tels missiles serait de les équiper d’ogives non-conventionnelles, notamment atomiques.

La résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies - adoptée juste après l'accord sur le nucléaire - appelle l'Iran à "ne pas entreprendre d'activités liées aux missiles balistiques ayant la capacité de transporter des armes nucléaires".

Téhéran affirme de son côté que son programme balistique n'est pas négociable, et qu’il n’a par ailleurs jamais eu l'intention de fabriquer des armes nucléaires. Il estime ainsi que le développement de ses missiles ne viole pas l'accord.

Cependant, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a présenté l'année dernière des éléments de preuve qui mettent en avant les efforts iraniens pour développer l’arme atomique.

Au cours d’une opération secrète menée par le Mossad à Téhéran, les services secrets israéliens avaient découvert une mine de documents provenant des archives nucléaires iraniennes.

Commentaires

(0)
8Article précédentIsraël a localisé une nouvelle usine iranienne de missiles en Syrie (médias)
8Article suivantL'Iran dévoile un nouveau missile de croisière d'une portée de 1.000 km