Quantcast i24NEWS - Iran: un mémorial pour rendre hommage aux "martyrs du nucléaire"

Iran: un mémorial pour rendre hommage aux "martyrs du nucléaire"

Un responsable nucléaire iranien a été tué mercredi dans l'explosion de sa voiture près d'une faculté à Téhéran, les autorités iraniennes accusant Israël et les Etats-Unis d'être derrière l'attentat.
AFP
Une exposition dans un musée de Téhéran est dédiée aux scientifiques que l'Iran accuse Israël d'avoir tués

Alors que les négociations battent leur plein ces jours-ci à Vienne pour la conclusion d'un accord entre les 5+1 et l'Iran sur le programme nucléaire de Téhéran, des Iraniens se recueillent dans un musée de la capitale en mémoire des "martyrs du nucléaire", les scientifiques impliqués dans les projets atomiques du pays, tués dans des circonstances étranges.

Au moins cinq scientifiques iraniens ont été tués depuis 2010. L'Iran a toujours accusé les services secrets israéliens, américains et britanniques d'être derrière ces éliminations ciblées, mais Washington et Londres n'ont eu de cesse de démentir les allégations de Téhéran.

Le Musée de la Saint défense et de la Promotion de la Culture de la Résistance à Téhéran abrite un mémorial dédié à ces scientifiques et, selon The Guardian, des voitures endommagées par des bombes ou criblées de balles sont exposées dans des linceuls ensanglantés.

Le linge est soigneusement entaillé afin de dévoiler la carrosserie trouée par les balles, et une photographie en noir et blanc d'un homme est disposée à l'intérieur de chacune des voitures. Des plaques métalliques en forme de larme sur lesquelles sont inscrits des détails des victimes ornent également les véhicules.

Le monument iranien loue, de façon grandiloquente, la "grande confrontation historique entre la foi et l'hérésie", ainsi que "le mouvement historique émanant de la volonté et de la détermination contre la cruauté de l'arrogance mondiale dirigée par les Etats-Unis et le sionisme". Selon l'exposition, les scientifiques ont tous été tués par des agents de l'agence de renseignement israélienne, le Mossad,.

Le 12 janvier 2010, un physicien nucléaire internationalement reconnu,Massoud Ali Mohammadi, enseignant à l’université de Téhéran et travaillant pour les Gardiens de la Révolution, est tué par l’explosion d’une moto piégée devant son domicile à Téhéran.

Les autorités iraniennes ont jugé et pendu un Iranien qui aurait avoué le meurtre d'Ali-Mohammadi pour le compte du Mossad.

Le 29 novembre 2010, le fondateur de la Société nucléaire d’Iran, Majid Shahriari, en charge d’un des grands projets de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique (OIEA) meurt à Téhéran après l’explosion d’une bombe placée contre sa voiture à l’aide d’un aimant.

Le même jour, l’actuel chef de l’Organisation iranienne de l’énergie atomique, Fereydoun Abbasi, réchappe de justesse à un attentat similaire, alors qu’il se garait devant l’université Shahid Beheshti à Téhéran, où les deux hommes enseignaient. Il a eu le réflexe de sortir de sa voiture après qu’un homme en moto y a collé une bombe.

Le 23 juillet 2011, le scientifique Darioush Rezainejad, travaillant sur des projets du ministère de la Défense, est tué par balles par des inconnus à moto à Téhéran.

Majid Shahriari a été tué et un autre scientifique nucléaire blessé dans une attaque similaire en novembre de la même année.

Les noms de ces quatre scientifiques apparaissent sur un hologramme du musée intitulé "Les victimes de la terreur", et qui recense les noms de tous ceux qui ont été ciblés par des éliminations avant et après la révolution de 1979.

"Nous avons traversé huit années de guerre qui ont produit 188.000 martyrs", a déclaré Seyed Salman Sober, un guide employé par la municipalité de Téhéran.

"Mais nous affichons les noms des scientifiques martyrs avec les martyrs de la révolution et ceux de la guerre pour montrer que nous avons encore des ennemis", a-t-il ajouté.

Selon un reportage diffusé en 2014 par la chaîne américaine CBS, l'administration Obama aurait exigé d'Israël l'arrêt des éliminations ciblées de scientifiques iraniens sur le territoire de la République islamique.

Commentaires

(0)
8Article précédentLa Turquie exclut une opération imminente en Syrie
8Article suivantSyrie: au moins 25 djihadistes d'al-Nosra tués dans l'explosion d'une mosquée