Quantcast i24NEWS - Yémen: combats à Taëz où les rebelles bloquent une cargaison de MSF

Yémen: combats à Taëz où les rebelles bloquent une cargaison de MSF

Un homme se tient sur des ruines près d'un tank pendant des échanges de tirs entre les combattants loyaux au président en fuite Abedrabbo Mansour Hadi et les rebelles chiites Houthis, le 23 août 2015 à Taez, dans le sud-ouest du pays
AHMAD AL-BASHA (AFP/Archives)
La 3ème ville du pays est le théâtre de combats incessants entre les forces antirebelles et les Houthis

Médecins sans frontières (MSF) a déploré dimanche qu'une cargaison médicale soit bloquée aux portes de Taëz, troisième ville du Yémen, assiégée par les rebelles chiites Houthis et où des combats meurtriers les opposent aux forces progouvernementales.

Dans un communiqué, MSF précise que des camions chargés d'une cargaison médicale destinée à "deux hôpitaux dans une enclave assiégée" de Taëz (sud-ouest) ont été "de nouveau arrêtés dimanche à des points de contrôle tenus par les Houthis qui leur ont refusé l'accès à la zone".

Ce refus est intervenu "malgré des semaines d'intenses négociations avec des responsables d'Ansaruallah", le mouvement des rebelles Houthis, ajoute MSF.

"Il est très frustrant de constater (...) que nous n'avons aucunement progressé (dans nos tentatives pour) convaincre ces responsables de la nécessité d'apporter une assistance médicale impartiale aux victimes des combats en cours (...) en dépit du soutien continu que nous apportons aux services de santé dans les zones contrôlées par les Houthis", a commenté Karline Kleijer, responsable de MSF pour le Yémen.

Taëz est le théâtre de combats incessants entre les forces antirebelles, qui contrôlent le centre-ville, et les Houthis et leurs alliés qui l'assiègent.

Dimanche, au moins 21 rebelles et 15 membres des forces loyalistes ont péri dans des affrontements et des raids aériens menés par la coalition arabe qui, sous la conduite de l'Arabie saoudite, opère depuis mars contre les Houthis, selon des sources militaires.

Ces nouveaux combats ont éclaté lorsque les forces progouvernementales ont tenté de reprendre aux rebelles le palais présidentiel de Taëz, situé sur une colline dominant l'est de la ville, ont ajouté ces sources.

La population de Taëz, prise au piège des combats, est confrontée à une pénurie croissante d'eau potable, de carburant et de produits pharmaceutiques, selon des ONG.

En raison de la poursuite du conflit, seuls six des 20 hôpitaux que comptait auparavant Taëz, une ville de plus de 600.000 habitants, continuent à fonctionner, et souvent partiellement, indique MSF dans son communiqué.

L'organisation appelle "toutes les parties en guerre à permettre la livraison des médicaments et des aides humanitaires dans toutes les régions".

(avec AFP)

Commentaires

(0)
8Article précédentGaza: une émission pour enfants présente les assaillants comme des héros
8Article suivantEgypte: de nouvelles analyses pour percer les "secrets" des pyramides