Quantcast i24NEWS - Des Kurdes attaquent les forces de l'opposition syrienne soutenues par la Russie

Des Kurdes attaquent les forces de l'opposition syrienne soutenues par la Russie

Smoke billows following a reported airstrike by government forces in the northern Syrian city of Aleppo on November 7, 2015
Karam al-Masri (AFP/File)
Les forces kurdes ont attaqué la seule ligne d'approvisionnement pour les forces de l'opposition syrienne

Au cours des derniers jours, les forces kurdes ainsi que leurs alliés, ont attaqué la seule ligne d'approvisionnement pour les forces de l'opposition syrienne à Alep. L'offensive a été soutenue par un bombardement aérien russe, rapporte le site d'information Al-Araby Al-Jadeed.

Le journal basé à Londres a rapporté que les forces rebelles, dont le Front al-Nosra, se sont engagées dans des combats contre le mouvement Jaish al-Thuwar, une faction affiliée aux Unités de protection du peuple kurde (YPG), dans le nord d'Alep près d'Azaz, selon un militant présent dans la région.

Selon le journal, des frappes aériennes russes sont venues soutenir les attaques des positions rebelles à la périphérie de villages proches de la frontière syro-turque.

La force aérienne russe a augmenté ses frappes depuis ces derniers jours à la frontière entre la Turquie et la Syrie, après qu'un avion russe a été abattu par la Turquie plus tôt dans la semaine.

Un avion de combat turc a abattu mardi un avion russe, qui selon Ankara avait violé son espace aérien. La Russie a promis jeudi de procéder à de larges mesures de rétorsion contre l'économie de la Turquie.

Par ailleurs, il y a quelques jours, des soldats des forces spéciales américaines sont arrivés à Kobané en Syrie pour entraîner et assister les combattants kurdes luttant contre le groupe Etat islamique (EI), le premier déploiement officiel du genre dans ce pays en guerre.

Une source des Unités de protection du peuple kurde, principale milice kurde syrienne, un activiste à Kobané, Mustapha Abdi, et l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) ont annoncé jeudi l'arrivée de quelques dizaines de militaires qui, selon Washington, auront un rôle non-combattant de conseillers.

Leur mission consiste à "planifier" des offensives contre Jarablus et Raqa, des villes du nord syrien aux mains du groupe djihadiste responsable d'atrocités en Syrie et de spectaculaires attentats meurtriers, a indiqué la source des YPG.

D'autres militants ont indiqué que l'attaque kurde présumée contre des rebelles syriens était une tentative de la part de la Russie d'impliquer les Kurdes, alors qu'il existe déjà des tensions latentes avec la Turquie.

La Russie et la Turquie soutiennent des forces opposées dans le conflit syrien avec Ankara, soutenant les rebelles qui se battent pour renverser Assad tandis que Moscou est l'un de ses derniers alliés.

La Turquie a également suspendu "temporairement" ses frappes aériennes contre des cibles de l'Etat islamique en Syrie après la chute de l'avion de combat russe, ont rapporté vendredi les médias locaux.

La Turquie, en tant que membre de la coalition menée par les Etats-Unis, a arrêté les raids aériens contre l'EI en Syrie "afin d'éviter d'autres crises", rapporte le journal Hurriyet.

"Les deux parties ont convenu d'agir avec prudence jusqu'à ce qu'elles rétablissent le dialogue pour réduire les tensions", a indiqué le journal, citant des sources sécuritaires.

La chute de l'avion russe a déclenché une grave crise dans les relations entre les deux pays. Vladimir Poutine a qualifié la destruction de l'avion de "coup de poignard dans le dos" et exigé des excuses de la part du dirigeant turc.

La Turquie a pour sa part fermement défendu jeudi son engagement "incontesté" contre les djihadistes en réponse aux accusations de complaisance lancées par la Russie, et exclu de s'excuser pour avoir abattu un de ses avions militaires à la frontière syrienne.

A lire sur le même sujet: La roulette russo-turque en Syrie

(Avec l'AFP)

Commentaires

(0)
8Article précédentLe meurtrier palestinien d'un militant italien tué en Irak avec l'EI
8Article suivantLe pape copte orthodoxe participe à Jérusalem à l'enterrement d'un dignitaire