Quantcast i24NEWS - Le comité de l'ONU contre la torture va interroger Israël sur ses pratiques

Le comité de l'ONU contre la torture va interroger Israël sur ses pratiques

Un Palestinien tient un portait de Nelson Mandela face à un soldat israélien durant un mouvement de prostestation contre l'occupation israélienne du village de Bilin, en Cisjordanie, le 6 décembre 2013
Abbas Momani (AFP)
Les audiences sont une pratique courante pour les 159 Etats qui ont signé la Convention des Nations Unies

Le comité de l'ONU contre la torture basé à Genève va interroger Israël mardi et mercredi sur sa politique controversée à l'égard des détenus palestiniens en Israël et en Cisjordanie considérée comme de la torture, rapporte mardi le Jerusalem Post.

Les questions qui seront soulevées par le comité composé de 10 experts comprennent la détention des délinquants palestiniens, y compris des mineurs, la démolition de maisons de terroristes, la violence des habitants des implantations contre les Palestiniens, l'existence éventuelle d'une prison secrète connue sous le nom de centre de détention "camp 1391" et le traitement des demandeurs d'asile.

Les audiences sont une pratique courante pour les 159 Etats qui ont signé la Convention des Nations Unies contre la torture. Israël a signé le traité en octobre 1986 puis l'a ratifié en 1991.

Au moins 13 groupes non gouvernementaux, y compris Amnesty International, Hamoked, Yesh Din et le Comité public contre la torture en Israël (PCATI) ont présenté des rapports au comité de l'ONU affirmant qu'Israël a violé à plusieurs reprises la convention.

En 2009, le PCATI publiait notamment un rapport accusant l'État hébreu de torturer des centaines de palestiniens en les menottant et le refus d'Israël d'autoriser au Comité international de la Croix-Rouge la visite du centre de détention 1391.

Israël a déjà informé le comité que le "Camp 1391" n'est plus utilisé pour détenir ou interroger des suspects depuis 2006. La Cour suprême d'Israël a toutefois refusé d'autoriser une enquête sur les abus qui s'y seraient déroulés.

Une équipe israélienne constituée de 13 experts des ministères de la Justice et des Affaires étrangères tentera de prouver devant le comité qu'Israël ne torture pas ses prisonniers, y compris ceux qui sont détenus pour des raisons sécuritaires.

Selon le groupe d'experts, tous les prisonniers sont "traités selon les normes du droit israélien et international".

Israël a par ailleurs soutenu à plusieurs reprises devant le comité que la Convention contre la torture n'est applicable que dans les régions du pays où la loi israélienne est appliquée. Selon Israël, ce n'est pas le cas en Cisjordanie, qui est partiellement sous contrôle militaire israélien et sous juridiction palestinienne conformément à l'Accord intérimaire israélo-palestinien de 1995.

Deux ministres du parti Foyer juif (nationaliste sioniste-religieux) du gouvernement de Benyamin Netanyahou se sont d'ailleurs dits lundi favorables à l'application de la loi israélienne en Cisjordanie, ce qui, selon l'opposition, reviendrait à une annexion des deux tiers du territoire actuellement sous contrôle palestinien.

Commentaires

(0)
8Article précédentBikinis et apartheid: revue de la presse israélienne du 3 mai 2016
8Article suivantPalestinien brûlé vif en 2014: prison à perpétuité contre l'accusé israélien