Israël se classe au 35e rang de l'indice mondial de la corruption en 2020

i24NEWS

2 min
Illustration - Les Israéliens protestent contre la corruption et expriment leur colère face à la situation économique devant la résidence officielle du Premier ministre Benyamin Netanyahou à Jérusalem, le 17 juillet 2020.
AP Photo/Sebastian ScheinerIllustration - Les Israéliens protestent contre la corruption et expriment leur colère face à la situation économique devant la résidence officielle du Premier ministre Benyamin Netanyahou à Jérusalem, le 17 juillet 2020.

"Le manque de transparence dans les activités du gouvernement est une menace qui conduit à la méfiance"

Pour la deuxième année consécutive, Israël s'est classé 35e sur 180 pays sur un indice mondial de la corruption publié jeudi.

Israël a obtenu une note de 60 sur 100, à peine neuf points au-dessus de la ligne rouge des pays corrompus, selon l'indice de perception de la corruption de l'organisation Transparency International. 

"Le manque de transparence dans les activités du gouvernement est une menace qui conduit à la méfiance et au manque de coopération du public face à la pire crise sanitaire et économique du pays", a déclaré la juge à la retraite Nili Arad, présidente de l'Israël International Transparency Association. 

"Nous assistons à la violation des fondements de la démocratie, à un moment où les dirigeants sont soupçonnés de crimes et créent une atmosphère d'incitation permanente contre la justice et les médias", a-t-elle ajouté.

La note pour 2020, qui est la même qu'en 2019, vient après une chute par rapport aux années 2017 (32e) et 2018 (34e). 

En 2016, Israël s'était classé 28e au monde avec un score de 64. Le rapport note par ailleurs que l'Etat hébreu se classe en 2020 25e sur les 37 pays membres de l'OCDE. 

"Nous espérons que les responsables gouvernementaux tireront les conclusions et les leçons nécessaires pour accroître la transparence, renforcer et protéger les valeurs de la démocratie, ainsi que pour éviter les effets de la corruption, d'une manière qui se reflétera dans l'indice mondial de la corruption dans les années à venir", a conclu Nili Arad.  

Cet article a reçu 14 commentaires