Quantcast i24NEWS - Barak salue l'idée du transfert de l'ambassade US à Jérusalem prêchée par Trump

Barak salue l'idée du transfert de l'ambassade US à Jérusalem prêchée par Trump

Former Israeli prime minister Ehud Barak being interviewed by Tal Heinrich in New York on November 30, 2017
i24NEWS
"Le gouvernement israélien prône l'intégrité et l'unité du peuple, mais il agit exactement à son encontre"

L'ancien Premier ministre israélien Ehud Barak a estimé que si l'administration américaine choisissait de déplacer son ambassade à Jérusalem, "ce serait une excellente nouvelle pour nous", interrogé jeudi par i24NEWS, en marge d'un Forum politique israélien à New York.

"Ce serait une excellente nouvelle pour nous. Jérusalem est notre capitale, j'aimerais que les ambassades de tous les pays, pas seulement celle des États-Unis, s'installent à Jérusalem, je pense que ce serait une bonne chose", a déclaré Barak.

La Maison Blanche a informé jeudi ses ambassades qu'elle se préparait à déclarer Jérusalem comme "capitale indivisible" d'Israël, a rapporté le Wall Street Journal.

Citant des responsables américains, le quotidien mentionne que le projet n'est pas encore définitif, mais que l'annonce officielle pourrait être faite dès la semaine prochaine.

Ancien chef d'Etat-major des armées, Barak, issu du Parti travailliste, a été chef du gouvernement israélien de 1999 à 2001. Sans confirmer ni infirmer un retour sur la scène politique, Barak se constitue comme critique acerbe du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou.

"En ce qui concerne le gouvernement israélien, j'ai beaucoup de critiques. il ne voit pas l'importance de maintenir une ligne morale aux yeux du monde ni même aux yeux de notre propre société", a-t-il déploré.

"Il ne comprend pas ce qu'est la démocratie", a-t-il lancé. "Nous sommes actuellement témoins d'une attaque directe contre la démocratie israélienne, la Cour suprême, la société civile, la liberté des médias, le code éthique de l'armée israélienne", a dénoncé Barak.

"Toutes les institutions sont ciblées par le biais d'une législation bizarre et illégale avec l'unique objectif de protéger le Premier ministre visé par plusieurs enquêtes. Ce n'est pas la démocratie", a-t-il estimé.

"Le gouvernement n'a pas non plus conscience de l'importance de nos relations avec le monde juif à l'étranger", a-t-il dit, faisant référence à la récente intervention sur i24NEWS de la vice-ministre israélienne des Affaires étrangères Tzipi Hotovely, reprochant à la communauté juive américaine de ne pas comprendre Israël "parce que leurs enfants ne faisaient pas l'armée".

"Ils capitulent devant certains groupes israéliens qui ne voient probablement pas les deux tiers des Juifs américains comme de 'vrais' Juifs. Ces Juifs - qui nous assistent dans chaque crise majeure - ne peuvent pas aller au mur des Lamentations et se sentir aussi juifs que d'autres, c'est inacceptable", a-t-il dénoncé.

"La seule façon de changer les choses seraient selon moi de remplacer ce gouvernement", a-t-il ajouté.

"Le gouvernement prône l'intégrité et l'unité du peuple, mais il agit exactement à son encontre", a-t-il soutenu.

"Il essaie de nous conduire vers un grand Israël, à tout prix, et est même prêt à renoncer à une majorité juive à l'intérieur de nos frontières...une sorte d'Etat avec, à l'avenir, une majorité arabe, une guerre civile permanente, ou vers une version juive de l'ancien Régime sud-africain... toutes ces conceptions  s'éloignent peu à peu du rêve sioniste", a regretté Ehud Barak.

Commentaires

(3)

Il a malheureusement tout à fait raison.

Il ne représente plus que lui même et n'a plus d'avenir politique après vouloir tout céder aux terroristes du peuple inventé!

Cette nullité de Barak ferait mieux de s occuper de lui meme Il ne représente rien. De la jalousie émane de son visage. Il est à des années lumières de parvenir au charisme et la force politique de BIBI Dégage définitivement de la scène politique le peuple ne veut plus de toi

8Article précédentIsraël: le Likoud cherche à pénaliser tout soutien au mouvement BDS
8Article suivantIsraël: un soldat tué à l'arme blanche à Arad, la piste terroriste privilégiée