Pas de résultats.

close

Israël: Y. Lapid dénonce la loi polonaise "immorale" refusant la restitution des biens des survivants de la Shoah

i24NEWS

clock 2 min

Le ministre israélien des AE et chef du parti centriste Yesh Atid, Yair Lapid, lors d'une réunion de faction à la Knesset à Jérusalem, le 21 juin 2021
Olivier Fitoussi/Flash90Le ministre israélien des AE et chef du parti centriste Yesh Atid, Yair Lapid, lors d'une réunion de faction à la Knesset à Jérusalem, le 21 juin 2021

"Aucune loi ne changera l'histoire"

"La Pologne doit faire ce qu'il faut pour les survivants de la Shoah ou les liens avec Israël en souffriront", a déclaré jeudi le ministre des Affaires étrangères Yaïr Lapid, peu de temps après que Varsovie a adopté une loi rendant plus difficile pour les survivants de récupérer les biens saisis par les nazis.

"Aucune loi ne changera l'histoire : la loi polonaise est immorale et nuira gravement aux relations entre les pays. Israël servira de bastion protégeant la mémoire de la Shoah, la dignité des survivants et de leurs biens", a affirmé le ministre.

"La Pologne, sur le sol de laquelle des millions de Juifs ont été assassinés, sait ce qu'il faut faire", a-t-il ajouté.

Le ministre estime que la préservation de la mémoire de la Shoah et la prise en charge des survivants, ce qui inclut la restitution des biens, est une partie importante de l'identité d'Israël et des actions du ministère des Affaires étrangères.

"C'est une responsabilité morale et historique que nous portons fièrement", a-t-il déclaré.

M. Lapid a affirmé qu'il s'attend à ce que les pays agissent pour restituer les biens juifs qui ont été confisqués pendant la Shoah

"La loi polonaise, qui empêche effectivement la restitution des biens juifs ou une compensation en échange, est une terrible injustice et porte honteusement atteinte aux droits des survivants de la Shoah et de leurs descendants, issus de communautés juives ayant vécu en Pologne pendant des centaines d'années", a-t-il dénoncé.

Les relations entre la Pologne et Israël sont tendues depuis 2018, après l'adoption d'une loi controversée sur la Shoah. La chambre basse du parlement polonais avait approuvé un texte qui nie la responsabilité du pays dans le génocide juif.

"Nous ne tolérerons pas qu’on déforme la vérité et réécrive l’Histoire ou qu’on nie la Shoah", avait protesté le ministre israélien de l'époque Benyamin Netanyahou.