Pas de résultats.

close

"L'Iran n'est qu'à dix semaines d'obtenir l'arme nucléaire", affirme Benny Gantz

i24NEWS

clock 3 min

Le ministre de la Défense Benny Gantz au Parlement israélien, le 26 juillet 2021
Yonatan Sindel/Flash90Le ministre de la Défense Benny Gantz au Parlement israélien, le 26 juillet 2021

"Il est temps d'agir contre l'Iran", a dit le ministre israélien

L'Iran est en mesure de se doter d'une arme nucléaire d'ici dix semaines, a déclaré mercredi le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz.

"Téhéran a violé toutes les directives fixées dans l’accord nucléaire de Vienne et n'est qu'à environ dix semaines d'acquérir les matériaux de qualité militaire nécessaires à une arme nucléaire", a-t-il averti.

"Par conséquent, il est temps d'agir. Le monde doit appliquer des sanctions économiques et prendre des mesures opérationnelles contre le Corps des gardiens de la révolution islamique", a-t-il ajouté.

Les remarques du ministre de la Défense ont été formulées à l’occasion d'une présentation conjointe avec le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid face aux diplomates des États membres du Conseil de sécurité de l'ONU, dans le cadre d'une campagne de pression initiée par Israël visant à ce que le Conseil sanctionne l'Iran pour ses attaques en mer, notamment celle du pétrolier au large d’Oman la semaine dernière.

De son côté, le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan Al Saud, a réitéré mardi lors d'une conférence virtuelle du Forum sur la sécurité d'Aspen la position de Riyad selon laquelle l’Arabie saoudite verrait d’un œil favorable une version "rallongée dans le temps et renforcée" de l'accord nucléaire iranien de 2015, garantissant que Téhéran n'obtiendrait jamais l’arme nucléaire. 

"Nous soutenons un accord avec l'Iran tant qu’il garantit que le pays n'aura jamais accès à la technologie des armes nucléaires", a déclaré le ministre, affirmant que Riyad pourrait revoir ses relations avec la République islamique si celle-ci décidait de contribuer à la stabilité et à la prospérité régionales.

"Mais cela nécessiterait que l’Iran s'engage dans la région en tant qu'acteur étatique normal, qu’il cesse de soutenir et d’armer les milices, mais surtout qu’il renonce à son programme nucléaire", a ajouté le responsable saoudien.

Les États-Unis et l'Iran se sont engagés dans des négociations indirectes cette année pour revenir à l'accord nucléaire de 2015. Les pourparlers, suspendus depuis juin, devraient reprendre après la formation du nouveau gouvernement iranien. 

Video poster