Pas de résultats.

Israël approuve un budget d'1.3 milliard d'euros pour une éventuelle frappe contre l'Iran

i24NEWS

2 min
Un avion de chasse F-35 Lightning II de l'armée de l'air israélienne se produit lors d'une cérémonie de remise des diplômes des pilotes de l'armée de l'air israélienne à la base de Hatzerim
JACK GUEZ / AFPUn avion de chasse F-35 Lightning II de l'armée de l'air israélienne se produit lors d'une cérémonie de remise des diplômes des pilotes de l'armée de l'air israélienne à la base de Hatzerim

Le ministre israélien de la Défense Benny Gantz a assuré que le pays était prêt à s'engager militairement

Israël a approuvé lundi un budget d'environ 5 milliards de shekels (1,3 milliard d'euros) qui sera utilisé en cas d'éventuelle frappe contre l'Iran, a rapporté Channel 12.

Le budget de 5 milliards de shekels est composé de 3 milliards de shekels du budget précédent et de 2 milliards supplémentaires du prochain budget qui doit être voté par le gouvernement en novembre.

Il comprend des fonds pour divers types d'avions, des drones de collecte de renseignements et des armements uniques nécessaires pour une telle attaque, qui devrait cibler des sites nucléaires souterrains fortifiés, selon le rapport.

Video poster

Le ministre israélien de la Défense Benny Gantz a assuré que le pays était prêt à s'engager militairement directement contre l'Iran si cela était nécessaire.

Alors qu'Israël prévoit une éventuelle attaque militaire contre le programme nucléaire iranien, les puissances mondiales s'efforcent de ramener la République islamique à la table des négociations à Vienne afin de relancer les pourparlers sur l'accord nucléaire de 2015.

Les pourparlers sont au point mort depuis juin, date à laquelle Ebrahim Raisi a été élu président, mais ces derniers jours, des informations contradictoires ont été rapportées selon lesquelles ils pourraient reprendre bientôt.

Aucune réunion n'est prévue avec les Iraniens jeudi à Bruxelles à propos de la relance des négociations sur le nucléaire, a toutefois affirmé le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell après l'annonce par Téhéran de la venue du négociateur iranien Ali Baghéri.

"Il n'y aura pas de réunion jeudi. Si une réunion était prévue, je serais informé", a-t-il déclaré lors de son compte rendu d'une réunion avec les ministres des Affaires de l'UE à Luxembourg.