Israël: les premiers mots rendus publics du vétéran de Tsahal immolé par le feu en avril

i24NEWS

2 min
Des Israéliens devant les bureaux de la Division de la réhabilitation du ministère de la Défense à Petah Tikva, après qu'Itzik Saydian s'est immolé par le feu, le 22 avril 2021
Tomer Neuberg/Flash90Des Israéliens devant les bureaux de la Division de la réhabilitation du ministère de la Défense à Petah Tikva, après qu'Itzik Saydian s'est immolé par le feu, le 22 avril 2021

"Je tiens à remercier l'hôpital Sheba, tous les médecins et toutes les infirmières"

Un vétéran de l'armée israélienne, diagnostiqué avec des troubles de stress post-traumatique et hospitalisé depuis le mois d'avril après s’être immolé par le feu, a été entendu publiquement mardi pour la première fois.

Selon un enregistrement diffusé par le Centre médical Chaim Sheba de Ramat Gan (centre) où il est soigné, il a remercié les responsables médicaux à l'occasion de la Journée nationale des médecins en Israël. 

"Bonjour chers médecins, moi, Itzik Saidyan, je tiens à vous souhaiter une bonne et joyeuse journée et à remercier l'hôpital Sheba, l'unité des grands brûlés et tous les médecins, le professeur (Yosef) Hayek et le Dr (Moti) Harats, ainsi que toutes les infirmières", a-t-il déclaré d'une voix essoufflée.

Video poster

L'état du jeune vétéran s'est considérablement amélioré ces dernières semaines. Il a quitté sa chambre d'hôpital pour la première fois en fauteuil roulant il y a quinze jours.

Itzik Saidyan, 26 ans, avait été grièvement blessé avec des brûlures sur tout le corps, après s'être immolé par le feu devant un bureau du ministère de la Défense chargé de la réhabilitation des soldats blessés.

Il avait une invalidité de 25% en raison de ses troubles post-traumatiques après avoir participé à l'opération "Bordure protectrice" lancée par Tsahal contre Gaza en 2014.

Cet événement avait bouleversé le pays entier et de nombreuses manifestations avaient eu lieu dans le quartier de la Kyria (quartier général de l'armée) à Tel Aviv et sur l'autoroute Ayalon contre la mauvaise prise en charge des soldats souffrant de stress post-traumatique.

Cet article a reçu 4 commentaires