Israël: "les Bédouins veulent l'égalité des droits et être reconnus" (membre du Forum de coexistence du Néguev à i24NEWS)

i24NEWS

2 min
Affrontements entre policiers et Bédouins dans le Néguev
Jamal Awad/Flash90Affrontements entre policiers et Bédouins dans le Néguev

"La racine du problème, c'est la non-reconnaissance et les démolitions de maisons"

Depuis trois jours, la communauté bédouine d'Israël manifeste en nombre dans le Néguev contre un projet de plantation d'arbres par le Fonds national juif, le qualifiant "d'effort pour les expulser de la région."

Jusque-là, les manifestations ont été émaillées d'incidents violents et d'affrontements avec la police donnant lieu à plusieurs arrestations et à des personnes blessées. 

Les manifestants ont jeté des pierres sur la police, qui a riposté avec des balles en caoutchouc anti-émeute, des grenades et un canon à eau.

Video poster

Le parti islamiste Ra’am a juré de boycotter les votes en plénière tant que la plantation d’arbres se poursuivrait.

Khalil Alamour, membre du conseil d'administration du Forum de coexistence du Néguev pour l'égalité civile, a déclaré à i24NEWS que le peuple bédouin voulait être "l'égalité des citoyens dans cet État".

"Ils veulent l'égalité des droits, garder leurs terres et être reconnus. Vous pouvez voir la force que le gouvernement et la police utilisent contre les Bédouins alors que gens pacifiques non-armés sont venus pour protester contre la politique de reboisement de leurs terres", a déclaré K. Alamour.

Il a mentionné que le projet de plantation d'arbres a été réalisé sans le consensus ni les négociations avec la communauté bédouine.

"C'est la principale chose qui irrite vraiment la communauté bédouine. La racine du problème, c'est la non-reconnaissance et les démolitions de maisons", a-t-il poursuivi.

"Au cours des 5 dernières années, le gouvernement a démoli environ 10.000 maisons. Les autochtones perdent leurs maisons chaque jour dans un État démocratique, c'est incroyable, "a-t-il conclu.

Plusieurs appels à manifester à Haïfa ou encore à Nazareth en soutien aux communautés du Néguev, ont été lancés sur les réseaux sociaux.