Israël: le député Nir Orbach pose un ultimatum à Naftali Bennett pour son maintien dans la coalition

i24NEWS

3 min
Le député Yamina Nir Orbach au Parlement israélien, le 6 avril 2021
Olivier Fitoussi/Flash90Le député Yamina Nir Orbach au Parlement israélien, le 6 avril 2021

L'annonce du retrait d'Idit Silman de la coalition a provoqué un véritable coup de tonnerre

Le député Yamina Nir Orbach a révélé la teneur de l'ultimatum qu'il a posé au Premier ministre Naftali Bennett pour se maintenir au sein de la coalition après le départ fracassant de la présidente de celle-ci, Idit Silman.

Comme conditions à son maintien, Nir Orbach a exigé la convocation de la commission de planification pour approuver les plans de construction de 4.000 nouveaux logements en Cisjordanie, le raccordement des avant-postes illégaux à l'électricité, ainsi que l'annulation du plan du gouvernement visant à supprimer les allocations pour les crèches aux parents qui ne travaillent pas, une mesure qui cible essentiellement les ultraorthodoxes. 

Video poster

"Sans une solution à ces problèmes, je ne pourrai pas rester dans la coalition", a affirmé le député lors d'une réunion d'urgence du parti Yamina mercredi soir, destinée à resserrer les rangs du parti et à s'assurer qu'aucun autre membre de la coalition ne fasse défection. 

"C'est trop peu et trop tard", a affirmé un collaborateur de la députée Idit Silman en commentant l'utimatum posé par Nir Orbach. "Ces requêtes ne seront pas satisfaites par l'actuel gouvernement. C'est grâce au départ d'Idit Silman qu'elles ont une chance de pouvoir aboutir", a-t-il ajouté, faisant allusion à une éventuelle chute du gouvernement. 

L'annonce mercredi par la députée Yamina de son retrait, qui a entraîné la perte de majorité au Parlement pour la coalition au pouvoir, a provoqué un véritable coup de tonnerre, convoquant le spectre de nouvelles élections.

Le chef de l'opposition, Benyamin Netanyahou, a appelé d'autres députés de droite à quitter les rangs de la coalition et à rejoindre le Likoud qu'il dirige.

La défection d'un autre député de la coalition ouvrirait la voie au dépôt d'une motion de censure qui si elle était adoptée, entraînerait la chute de la 24e Knesset et la convocation de nouvelles élections.

Video poster

 

  

Cet article a reçu 15 commentaires