Israël: la présidente de la Cour suprême accuse les politiciens de chercher à "détruire" le système judiciaire

i24NEWS

3 min
La présidente de la Cour suprême Esther Hayut lors de la conférence sur la justice des associés du barreau d'Israël à Tel Aviv, le 2 septembre 2021
Avshalom Sassoni/Flash90La présidente de la Cour suprême Esther Hayut lors de la conférence sur la justice des associés du barreau d'Israël à Tel Aviv, le 2 septembre 2021

Si les critiques contre le tribunal sont "acceptables", le discours doit rester "civique et respectueux"

La présidente de la Cour suprême, la juge Esther Hayut, a averti lundi que le discours politique entourant le système judiciaire était en train de dégénérer, dénonçant des attaques "dangereuses".

"Malheureusement, le dialogue civique et la responsabilité de chacun ont cédé la place à un discours de confrontation qui a engendré des attaques contre le système judiciaire et ses juges, ainsi que des appels hauts et forts à leur nuire et à réduire leurs pouvoirs", a déploré Mme Hayut lors d'un discours prononcé à la conférence de l'Association du barreau d'Israël à Eilat.

Si les critiques contre le tribunal sont "acceptables", le discours doit rester "civique et respectueux", a-t-elle souligné.

Video poster

"On peut évoquer des erreurs du tribunal et de la nécessité de faire appel ou de demander une autre audience", a expliqué Esther Hayut. 

"Mais à ma grande consternation, le discours public aujourd'hui... se détériore et prend une tournure que nous n'avons jamais vue auparavant, [...] une tournure extrêmement dangereuse", a-t-elle insisté, estimant qu'un tel discours découlait des "rêves de destruction" de la Cour suprême de la part des politiciens.

Les législateurs de droite accusent depuis des années la cour d'outrepasser son mandat et d'empiéter sur l'autorité de la législature en contrecarrant des lois et d'autres politiques qu'elle juge inconstitutionnelles.

Lors d'un événement marquant le 74e jour de l'Indépendance d'Israël au début du mois, Yitzhak Pindrus (Judaïsme unifié de la Torah) a déclaré que son rêve était de "faire exploser" la Cour suprême.

La présidente de la Cour suprême avait également défendu le pouvoir judiciaire en février, après des allégations du député David Amsalem (Likoud) affirmant que Mme Hayut et ses collègues nourrissaient des opinions racistes contre les Juifs d'Afrique du Nord.

Elle avait adressé une plainte, qui faisait suite à une lettre d'avertissement déposée contre lui l'année dernière.

Cet article a reçu 15 commentaires