Israël: manifestations contre l'opération de Tsahal dans la bande de Gaza

i24NEWS

4 min
Des manifestants protestent contre l'opération militaire israélienne à Gaza devant le ministère de la Défense à Tel Aviv, le 6 août 2022
Tomer Neuberg/Flash90Des manifestants protestent contre l'opération militaire israélienne à Gaza devant le ministère de la Défense à Tel Aviv, le 6 août 2022

Certains protestataires étaient munis de drapeaux palestiniens

Des centaines de personnes ont manifesté samedi dans différentes villes du pays contre l'opération "Aurore" lancée par Tsahal contre le Jihad islamique dans la bande de Gaza. 

Lors d'un rassemblement à Haïfa, le président de la Liste arabe unie, Ayman Odeh, a déclaré "qu'une attaque en entraînait une autre et que le cercle vicieux de l'horreur devait s'arrêter". "Nous sommes dans la rue pour réclamer la seule voie qui profitera aux deux nations : de vraies négociations pour mettre fin à l'occupation, fonder un État palestinien aux côtés d'Israël et une paix juste", a encore dit Ayman Odeh. 

La députée Aida Touma-Sliman (Liste unifiée) s'est également jointe à l'une des manifestations. "Arrêtez l'attaque contre Gaza ! Continuer la guerre ne fera qu'augmenter les souffrances et les pertes", a-t-elle déclaré. "Un cessez-le-feu immédiat est nécessaire. Ceux qui ont commencé les attaques par une décision politique devraient y mettre fin par une décision politique. Seule une solution diplomatique et la fin de l'occupation et du siège apporteront une véritable sécurité", a-t-elle affirmé. 

Des manifestations ont également eu lieu à Shfaram, Umm el-Fahm, Rahat, Kafr Yasif, Jaffa, Taibe et en face de la maison du Premier ministre Yaïr Lapid à Tel Aviv.

De nombreux protestataires ont brandi des pancartes appelant à la fin de la violence et certains étaient munis de drapeaux palestiniens.  

Vendredi et samedi, un certain nombre de députés du Meretz et de la Liste arabe unie ont condamné la décision d'Israël de lancer l'opération.

"Assez avec l'attaque sur Gaza ! Les assassinats et les frappes ne feront qu'entraîner davantage de souffrances et de destructions et n'apporteront aucune sécurité aux citoyens d'Israël" a écrit Touma-Sliman sur Twitter. "Lapid essaie de prouver qu'il est un "faucon de la sécurité" en semant la destruction à Gaza et en faisant entrer des Israéliens dans les abris antimissiles."

"Il n'y a pas de gagnants dans les guerres, mais principalement des citoyens et des enfants effrayés. La peur ne dépend pas de la nationalité ou de la religion, mais nous est commune à tous et nous sommes obligés de tout faire pour ramener le calme au plus vite", a écrit le ministre de la Coopération régionale Esawi Frej (Meretz) a écrit sur Twitter. "Ces combats prendront fin, mais sans une initiative politique de paix, il n'y aura pas de calme sur le long terme. N'ayez pas peur de parler, c'est le seul moyen d'arrêter la peur", a-t-il ajouté. 

Zehava Galon, candidate à la tête du Meretz , s'est également exprimée sur Twitter : "Il est temps d'arrêter les combats avant que d'autres innocents ne soient blessés, avant que l'histoire ne se complique. Les séries de combats de ces dernières années n'ont pas éliminé la menace des roquettes et des mortiers et n'ont pas ramené la sécurité et la paix dans le Sud. Le sang a continué à couler à Gaza et dans les colonies environnantes, et la peur et la haine n'ont fait qu'augmenter".

Le député Ofer Cassif, également membre de la Liste arabe unie, a écrit sur le réseau social : "L'utilisation cynique de la violence par Lapid et Gantz dans l'espoir d'obtenir plus de mandats lors des élections ne fera qu'entraîner une mer de larmes et de sang dans le ghetto de Gaza, où deux millions de personnes sont emprisonnées depuis 15 ans, et aussi en Israël", a-t-il écrit.

Cet article a reçu 23 commentaires