Quantcast i24NEWS - Entretien i24NEWS: un journaliste israélien infiltré dans des mosquées de France

Entretien i24NEWS: un journaliste israélien infiltré dans des mosquées de France

Des militants du Hamas palestinien brandissant un portrait d’Hassan el-Banna, fondateur des Frères musulmans, le 14 décembre 2012
AFP/Saif Dahlah

"Le journaliste israélien Zvi Yehezkely, spécialiste du monde arabe pour la chaîne israélienne Aroutz 10, s’est infiltré ces derniers mois dans les mosquées des Frères musulmans en France, en Allemagne, en Turquie et aux Etats-Unis, pour son nouveau documentaire "Fausse identité".

A l’occasion de la diffusion du premier épisode le 30 janvier, Zvi Yehezkely a accordé une interview exclusive à i24NEWS, au cours de laquelle il explique que l'idée de ce documentaire est née d’un rapport commandé par le gouvernement français.

"Le gouvernement français a commandé à une société israélienne privée de renseignement un rapport sur l’activité des Freres Musulmans en France. C’est à partir des conclusions de ce rapport, que l’idée du doc est née", déclare-t-il.

 

Pendant plusieurs semaines, Zvi Yehezkely s’est mis dans la peau d’un cheikh ("Abu Hamza") appartenant aux Frères Musulmans afin de comprendre le fonctionnement de cette organisation, son enracinement en Europe, et son rôle dans ce qu'il appelle le "djihad silencieux".

"Le djihad silencieux en France consiste à profiter de la naïveté des Français pour disséminer son idéologie", affirme Yehezkely.

"Dans certaines mosquées françaises, j’ai entendu des imams interdire aux fidèles de souhaiter 'Joyeux Noel'", explique-t-il.

Au cours de son enquête, il a également tenté de lever le voile sur le financement de plusieurs organisations françaises liée à l'Islam dont le CCIF (Collectif contre l'islamophobie en France) et plus largement l'UOIF (Union des organisations islamiques de France).

Il explique notamment être allé à la rencontre de Samy Debah, fondateur du CCIF, qui lui a confirmé qu'une grande partie des fonds venaient du Qatar, la maison mère des Frères musulmans.

"Il m'a également parlé de la théorie de la victimisation des Musulmans de France", explique-t-il à i24NEWS.

"Aujourd’hui, l’Islam radical a compris que le djihad silencieux était plus efficace que le terrorisme. L’Europe s’est prémunie du terrorisme, mais pas de l’idéologie qui cherche à l’islamiser", estime le journaliste.

Afin de parfaire son identité, Zvi Yehezkely a dû être "briefé" et conseillé par le Shin Bet et le Mossad.

"Je me suis procuré un passeport syrien à Gaziantep grâce à une source qui était en contact avec les djihadistes de Daesh", déclare-t-il.

C'est grâce à une mini-caméra sophistiquée dissimulée dans un bouton de sa veste que le journaliste a pu réaliser ce reportage choc.

En 2012, le journaliste avait réalisé la série documentaire "Allah Islam"où il s’était fait passer pour un journaliste palestinien dans des milieux islamiques français, belges, britanniques et suédois.

Retrouvez l'intégralité de l'interview ce jeudi à 22h00 (FR) dans l'émission "Orient" présentée par Cyril Amar.

Commentaires

(5)

Bizarre aucun commentaire et il est marqué 5 commentaires, censure?

Une cata cette censure

C vrai les Mosquées en Europe c des passoires ou n’importe quel individu,du peu qu’il maîtrise le verbes et Coran Je pose la question à ce journaliste espion qui déshonore le métier de l’information et du journalisme Qu’il essaye d’aller dans les Mosquées au Maghreb et se la jouer Imam

Oui ce n’est pas la 1ere fois que les commentaires des uns et des autres sont retirés, je dirai mm c systématique....

Lorsque l’on parle de l’orientation à gauche des grands médias israéliens et de leurs prises de positions anti-patriotiques, il ne s’agit pas de propos en l’air. Paul Amar : « Le journaliste doit travailler sur les faits, non l’émotion » "Je me suis inscrit dans une logique journalistique en proposant une grille de lecture du conflit israélo-palestinien basée sur les faits", explique le journaliste

8Article précédentIsraël: l'envoyée d'Irlande convoquée au sujet d'un projet de loi controversé
8Article suivantMobilisation contre l'expulsion de 38.000 migrants, décidée par le gouvernement