Quantcast i24NEWS - Mobilisation contre l'expulsion de 38.000 migrants, décidée par le gouvernement

Mobilisation contre l'expulsion de 38.000 migrants, décidée par le gouvernement

Répondant aux appels d'associations, quelques dizaines d'activistes se sont rassemblées vendredi à Tel Aviv devant le théâtre national Habima pour protester contre le récent programme gouvernemental d'expulsion de 38.000 migrants.

Sur place, quelques dizaines d'activistes ont "distribué des pancartes aux gens qui se sentent solidaires avec le sort des réfugiés érythréens et soudanais", selon un journaliste d'i24NEWS.

"Ils veulent que ces gens accrochent ces pancartes sur les balcons de leur maison afin de promouvoir une campagne d'éveil par rapport au sort des réfugiés ou au sort des demandeurs d'asile érythréens et soudanisas que le gouvernement considère comme des migrants économiques, des demandeurs d'emplois qui se sont infiltrés illégalement en Israël", a-t-il expliqué.

Le gouvernement accuse les associations d'entretenir la confusion entre demandeurs d'asile pourchassés pour des raisons politiques et migrants économiques illégaux qui ont fui la pauvreté et constituent - selon lui - la majorité des migrants.

Sursaut de la société civile

Plusieurs centaines de réfugiés, rejoins par des dizaines d'Israéliens, se sont rassemblés jeudi soir à Jérusalem, appelant les autorités israéliennes à renoncer aux expulsions prévues.

"Les droits de l'Homme pour tout le monde", pouvait-on lire sur leurs pancartes.

Menahem Kahana (AFP)

Députés, intellectuels, activistes… La société civile se soulève ces dernières semaines contre le projet de loi, contraignant près de 40.000 immigrés africains en situation irrégulière à quitter le pays volontairement (vers le Rwanda et l'Ouganda) ou être placés en détention pour une durée indéterminée.

Des survivants de la Shoah ont demandé la semaine dernière au gouvernement israélien de renoncer à ce programme, dans une lettre ouverte publiée en anglais par le quotidien Haaretz, à la veille de la journée internationale de commémoration de l'Holocauste.

"Nous, qui savons parfaitement ce que c'est que d'être réfugiés, sans domicile et sans protection étatique, ne pouvons pas concevoir comment un gouvernement juif peut renvoyer des réfugiés et des demandeurs d'asile sur un chemin de souffrance et de mort", ont écrit les 36 signataires israélien.

Des pilotes de ligne israéliens ont également protesté contre cette mesure d'expulsion. Trois pilotes de la compagnie El-Al, Iddo Elad, Shaul Betzer, Yoel Piterbarg, ont affirmé qu’ils refuseraient de voler pour renvoyer ces réfugiés africains "dans une destination où leur chance de survie est mince".

"Je ne serai pas complice d’un tel barbarisme", a écrit Iddo Elad.

Le Parlement israélien a voté en décembre un texte prévoyant l'expulsion de plusieurs migrants en mars de cette année contre le versement d'une somme d'argent, 3.500 euros pour chacun. Ce projet de loi a été approuvé par la Cour suprême israélienne, basée à Jérusalem.

Un sondage réalisé en janvier a révélé que 56% des Israéliens soutiennent les expulsions, notamment si la force n'est pas employée. En revanche, un tiers des israéliens s'opposent au renvoi des migrants.

Mobilisation contre l'expulsion de migrants africains: l'analyse de Dror Even Sapir

Commentaires

(2)

Ces manifestants,que des gauchistes,qui vivent dans les beaux quartiers de Tel Aviv,ils n’ont qu’à les prendre chez eux

Le procureur général Avichai Mandelblit a fait savoir mardi 23 janvier que la police n’a pas de dossier suffisamment solide pour déférer le Premier Ministre afin qu’il soit jugé pour corruption. Depuis plus de deux ans, les inspecteurs de police rassemblent des pièces pour ce dossier contre le premier ministre autour de son habitude d’accepter des cadeaux somptueux de la part de magnats.Bande de ridicules petits opportunistes gauchistes, faites votre boulot après vos campagnes et votre travail de sape d'accusations et de dénigrement de Nétanyahou SANS AUCUNE PREUVE, plus rien NADA NADA bandes de de rigolos...

8Article précédentEntretien i24NEWS: un journaliste israélien infiltré dans des mosquées de France
8Article suivantIsraël: un projectile tiré depuis la bande de Gaza