Quantcast i24NEWS - "La coalition est stable" assure Netanyahou menacé d'inculpation

"La coalition est stable" assure Netanyahou menacé d'inculpation

Benyamin Netanyahou

"La coalition est stable. Il n'y aura pas d'élections anticipées", a réitéré mercredi le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, au lendemain des recommandations de la police israélienne à la justice.

"Je souhaite vous rassurer: la coalition est stable, ni moi, ni personne n'a l'intention d'aller aux élections maintenant", a déclaré mercredi le chef de gouvernement au parc des expositions de Tel Aviv.

"Après avoir lu les recommandations (de la police), je peux vous dire que c'est un document faux et extrémiste", a-t-il insisté.

La police israélienne a annoncé mardi avoir recommandé officiellement l'inculpation de Netanyahou pour corruption, fraude et abus de confiance dans deux affaires, l'affaire 1000 et l'affaire 2000, après deux ans d'enquête.

Benyamin Netanyahou a fustigé le rapport de la police en distinguant quatre points de défense.

Il a tout d'abord affirmé que le document ne prend pas en compte "une amitié de 20 ans" avec le producteur hollywoodien Arnon Milchan, une relation qui débute "bien avant que j'occupe le poste" de Premier ministre.

Netanyahou a ensuite dénoncé l'exagération des sommes communiquées dans le rapport, affirmant que ces montants n'ont aucun sens.

Troisièmement, il soutient que le rapport de police ne prend pas en compte deux faits importants, prouvant qu'il n'a pas agi pour le compte d'Arnon Milchan. D'une part, Netanyahou dit avoir "brisé son monopole de pièces automobiles" et avoir "agi pour fermer Channel 10 qu'il dirigeait".

"Je n'ai pas agi pour Milchan, mais le contraire. J'agis en faveur des principes économiques de l'Etat", a-t-il insisté à nouveau.

"Comme je l'ai dit hier, la vérité éclatera et rien n'aboutira", a conclu Benyamin Netanyahou.


A l'issue de son discours, le ministre de l'Education s'est également exprimé: "Lorsque Netanyahou dit agir en faveur des principes économiques de l'Etat je le crois", a-t-il dit.

Et s'il a réaffirmé son soutien politique au Premier ministre, il a toutefois émis des critiques à l'encontre de son comportement: "Le Premier ministre ne doit pas être parfait ou ascétique. Mais son comportement doit servir d'exemple. Malheureusement, accepter des cadeaux comme il l'a fait pendant si longtemps ne correspond pas à ce qu'attendent les citoyens d'Israël", a nuancé Bennett.

La veille, lors d'une allocation télévisée, Benyamin Netanyahou avait confirmé que la police avait recommandé son inculpation pour corruption, et avait débuté son discours en rappelant qu'il avait "consacré toute sa vie à la sécurité d'Israël". Il avait redit que "ces enquêtes ne se termineront sur rien".

La décision de mettre officiellement en examen le Premier ministre dépend désormais du procureur général Avishaï Mandelblit.

La ministre israélienne de la Justice Ayelet Shaked a déjà affirmé qu'un Premier ministre inculpé officiellement n'était pas "obligé de démissionner".

Le chef du parti centriste Yesh Atid, Yaïr Lapid, a quant à lui insisté pour dire que "dans un pays réformé, une personne contre qui sont portées d'aussi lourdes accusations ne peut pas continuer à servir comme Premier ministre".

Le Premier ministre a profité de son discours pour tacler le leader centriste: "Lapid, qui a promis de me faire tomber à n'importe quel prix, est un ami proche de Milchan. Il s'entretenait avec lui en tant que ministre des Finances et il a continué à traiter de ses affaires".

Dans l’Affaire 1000, M. Netanyahou est soupçonné d'avoir reçu, illégalement, des cadeaux de personnalités très riches, dont le milliardaire australien James Packer et un producteur à Hollywood, Arnon Milchan. La valeur totale de ces cadeaux a été chiffrée par les médias à des dizaines de milliers de dollars.

Une autre enquête (Affaire 2000) cherche à déterminer s'il aurait essayé de conclure un accord secret avec le propriétaire du Yedioth Ahronoth pour une couverture favorable de la part du quotidien israélien.

Lire aussi: Recommandations de la police contre Netanyahou: la classe politique israélienne réagit

Revoir en intégralité le discours de Benyamin Netanyahou sur i24NEWS:

Commentaires

(1)

Il n’y aura pas d’élections anticipées car Bibi est certain de les perdre.

8Article précédentIsraël: le ministre de la Santé s'oppose à l'exportation du cannabis médical
8Article suivant3 Palestiniens munis d'engins explosifs arrêtés à l'entrée du tribunal militaire