Quantcast i24NEWS - Elie Chouraqui présente une émission spéciale sur Gaza depuis la frontière sud d'Israël

Elie Chouraqui présente une émission spéciale sur Gaza depuis la frontière sud d'Israël

Elie Chouraqui présente une émission spéciale sur Gaza depuis la frontière sud d'Israël
i24NEWS

Elie Chouraqui a présenté une émission spéciale sur "Gaza et le conflit israélo-palestinien" depuis la frontière sud d'Israël en présence de ses trois invités, qui ont débattu des relations entre l'Etat hébreu et l'enclave sous le contrôle du Hamas. 

"Malgré cette ambiance pastorale, je vais vous donner un détail technique: en 15 secondes, nous pouvons tous être en danger. Ça peut se déclencher maintenant et en seulement 15 secondes, on doit tous se mettre à l'abri parce qu'en quelques secondes toute cette région se transforme en enfer", a déclaré Meir Dahan, colonel de réserve de l'armée israélienne.

L'ancien Premier ministre israélien Ariel Sharon avait décidé du retrait de la bande de Gaza et du Goush Katif de même qu'il avait mis en œuvre l'opération controversée du démantèlement de l'enclave palestinienne en 2005. 

"Pour nous Gaza a été avant tout une décision sioniste d'aller habiter dans ces communautés. Les premières années étaient totalement différentes des dernières années", a raconté Laurence Beziz, directrice de projet pour le centre de commémoration du Goush Katif.

"Il n'y avait pas de frontières à l'époque, moi j'allais prendre des déjeûner, j'ai dormi à Gaza, j'avais des amis, on était reçu là-bas comme des amis et des frères", a surenchéri Meir Dahan.

Moins de 9.000 Israéliens vivaient dans la bande de Gaza avant le désengagement en 2005 - la majorité à Goush Katif dans le sud de la bande de Gaza, et le reste à Netzarim, Kfar Darom ainsi que dans les trois implantations du nord (Nisanit, Dugit et Elei Sinaï).

"Le fait que je dise que la bande de Gaza n'est pas israélienne ne veut pas dire que les Palestiniens se conduisent de façon humanitaire. Nous le savons que nous n'avons pas réellement de partenaire: Mahmoud Abbas n'est pas Nelson Mandela. On n'a pas affaire à des dirigeants palestiniens qui veulent réellement un résultat de dialogue", a assuré pour sa part Avi Kadosh, habitant de Nir Am.

Deux ans après la décision de quitter la bande de Gaza, le Hamas a pris le pouvoir en 2007 après une quasi guerre civile contre le Fatah, le parti qui domine l'Autorité palestinienne.

"Personne n'avait pris en compte le fait qu'en moins de trois mois le Hamas s'armerait pour faire une révolution contre Abu Mazen (Mahmoud Abbas). Autrement ce territoire aurait pu devenir une vraie Singapour", a insisté Meir Dahan.

Depuis cette prise de pouvoir, Gaza n'a cessé d'être minée par les conflits, la pauvreté, le chômage, le marasme économique, les pénuries d'eau et d'électricité.

Pour revoir l'intégralité d'Elie sans interdit:

Commentaires

(1)

Un peu cucul cette émission. Il en a fait des meilleures. Cela ne sert à rien de faire une émission entière en plein air. Un petit reportage, Ok, mais ensuite débats en studio avec des intervenants de meilleure qualité (sans vouloir insulter ceux qui y étaient).

8Article précédentIsraël: 4 blessés dans une attaque terroriste à la voiture-bélier à Saint-Jean-d'Acre
8Article suivantLe Guatemala transférera son ambassade à Jérusalem en mai