Quantcast i24NEWS - Employé consulaire/trafic d'armes: une "affaire grave" (M. Valls à i24NEWS)

Employé consulaire/trafic d'armes: une "affaire grave" (M. Valls à i24NEWS)

L’ancien Premier ministre français Manuel Valls au 6e forum mondial de lutte contre l’antisémitisme à Jérusalem. (21.03.2018)
i24NEWS

L'ancien Premier ministre Manuel Valls, en visite en Israël où il a participé mercredi au forum mondial de lutte contre l'antisémitisme à Jérusalem, s'est exprimé au micro d'i24NEWS sur l’affaire Romain Fanck, employé français du Consulat général de Jérusalem impliqué dans un trafic d’armes depuis Gaza.

C'est une affaire "grave", a-t-il dit, affirmant que "toute la lumière doit être faite".

"Toutes les responsabilités et négligences devront être sanctionnées", a estimé l’ancien chef du gouvernement français précisant toutefois que ce dossier "ne doit pas remettre en cause la relation entre Israël et la France".

M. Valls a également réaffirmé son combat pour la lutte contre l'antisémitisme.

"L’ennemi c’est l’islamisme qui s’attaque aux Juifs et à toutes nos valeurs", a-t-il dit à i24NEWS, en marge de ce rendez-vous annuel qui a rassemblé plus de 1000 personnalités politiques, culturelles et religieuses sur le thème de la montée de l’antisémitisme à travers le globe et les dangers qu’il représente.

"Il faut élaborer une stratégie face à l’antisémitisme dans le monde", a déclaré M. Valls.

"C’est un mal ancré, il y a cet antisémitisme qui vient de la nuit des temps, mais qui s’est agrégé à un autre antisémitisme qui est celui qu’on trouve essentiellement dans le monde arabo-musulman", a-t-il estimé.

"Les actes antisémites, la violence, les mots, sont commis d’abord, pas seulement, mais d’abord, par des personnes de confession ou de culture arabo-musulmane, en France comme dans les autres pays Européens", a ajouté l’ancien Premier ministre.

Interrogé sur les moyens de combattre ce fléau, M. Valls a indiqué qu’il fallait dire "clairement les choses, que c’est un sujet grave et que les actes antisémites ou anti-juifs sont souvent les prémices de grandes catastrophes et l’Histoire peut malheureusement se répéter".

"Il faut désigner l’ennemi, et l’ennemi c’est l’islamisme qui s’attaque aux Juifs et à toutes nos valeurs", a-t-il ajouté.

"La bataille est au sein de l’islam et il faut aider les musulmans à extirper de leur sein, ce mal qui ronge l’islam", a précisé le député de l’Essonne.

Interrogé sur l’actualité en France, notamment sur le sujet de la mise en examen de l’ancien président français Nicolas Sarkozy, M. Valls a préféré ne pas commenter les procédures de justice en cours.

Commentaires

(4)

Effectivement M. Valls Cette affaire ne doit pas remettre en cause les relations entre la France et Israël par contre doit remettre en cause la légitimité de la France dans le processus de paix et son "impartialité".

Valls n’existe nul part et souhaite uniquement apparaître dans les radars de la vie politique mondiale et internationale. Vous parlez messieurs les israéliens à « personne ». Le p.s n’existe plus.

C'est un sdf de la politique qui veut se faire une bonne image en Israël bientôt il va crée un nouveau partie pour repartir de plus bel mais il est cramé ce double visage (incredible)bon vent

interrogé sur la mise en examem de Sarkozy valls prefere ne pas repondre mais interrogé sur TARIK ramadan il répond et plus il mitraille monsieur ramadan sans présomptiom innocence. ....

8Article précédentIsraël: l'activiste palestinienne Ahed Tamimi condamnée à 8 mois de prison
8Article suivantCisjordanie: 11 Palestiniens recherchés pour terrorisme arrêtés