Israël approuve un projet de loi sur la conscription militaire des Juifs ultra-orthodoxes

i24NEWS

2 min
Ultra-Orthodox Jews take part in a protest against Israeli army conscription in Jerusalem, Tuesday, March 28, 2017. Ultra-Orthodox leaders say they serve the Jewish nation through religious study and prayer and fear integration in the army threatens their
AP Photo/Oded BaliltyUltra-Orthodox Jews take part in a protest against Israeli army conscription in Jerusalem, Tuesday, March 28, 2017. Ultra-Orthodox leaders say they serve the Jewish nation through religious study and prayer and fear integration in the army threatens their

Le comité ministériel du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a approuvé dimanche un projet de loi appelant à la conscription militaire des Juifs ultra-orthodoxes, laquelle loi devrait mettre fin à des années de désaccords internes.

Tous les ministres ont soutenu le projet de loi, à l'exception des responsables des partis orthodoxes: le ministre de l'intérieur, Aryeh Deri (Shas) et le ministre de la Santé, Yaakov Litzman (Judaïsme unifié de la Torah).

Les deux partis ont promis de s'opposer à la "version actuelle" du projet de loi, mais n'ont toutefois pas explicitement déclaré qu'ils s'opposaient en principe au cadre de la loi. Elle bénéficie par ailleurs du soutien du parti d'opposition Yesh Atid de Yaïr Lapid.

"C'est la loi de l'establishment de la Défense, pour la sécurité et pour l'Etat d'Israël", a déclaré le ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, saluant le projet de loi qui sera soumis lundi en première lecture à la Knesset.

La nouvelle législation propose des quotas annuels minimaux pour l'enrôlement des Juifs ultra-orthodoxes qui, s'ils ne sont pas respectés, entraîneront des sanctions financières.

Le ministère de la Défense a qualifié la proposition d'"arrangement durable, réaliste et pertinent", mais les partis de coalition ultra-orthodoxe Shas et Judaïsme unifié de la Torah avaient plus tôt promis de s'y opposer tout en menaçant de déstabiliser une fois de plus la coalition.

Avant le vote, le Premier ministre aurait cependant rencontré les responsables de ces partis, qui ont convenu de ne pas renverser le gouvernement.

En effet, aucune partie ne désirerait la chute du gouvernement actuel à cause de cette législation en raison de la crainte de voir la formation Yesh Atid de Yair Lapid - qui a fait une campagne forte en faveur de l’enrôlement des membres de la communauté ultra-orthodoxe au sein de l’armée - être redynamisée.

L'exemption des étudiants ultra-orthodoxes du service militaire obligatoire est une question litigieuse, et les tentatives de légiférer ont toujours divisé le gouvernement de coalition du Premier ministre Benyamin Netanyahou, qui dépend du soutien des partis ultra-orthodoxes.

Cet article a reçu 0 commentaires