Quantcast i24NEWS - Israël: 4 mineurs soupçonnés de terrorisme relâchés, le Shin Bet répond aux critiques

Israël: 4 mineurs soupçonnés de terrorisme relâchés, le Shin Bet répond aux critiques

Quatre des cinq mineurs israéliens, de confession juive, arrêtés le 30 décembre, soupçonnés d'avoir participé à un attentat et tué une Palestinienne au mois d'octobre ont été assignés à résidence jeudi, et placés en liberté surveillée par le Shin Bet (Service de sécurité intérieure israélien).

La détention du cinquième suspect a elle, été prolongée de six jours tandis que "de lourdes présomptions pèsent sur l'individu", selon le juge du tribunal de première instance.

Le Shin Bet a précisé dans un communiqué que "toutes les procédures d'interrogatoire avaient été menées sous le strict contrôle du parquet, et que toutes les conditions requises par la loi avaient été respectées, en fonction de l'âge des suspects et de leurs convictions".

Le juge a également insisté sur "la rigueur" avec laquelle l'enquête était menée.

"Il est clair que les policiers, en collaboration avec le Service de sécurité intérieure, mènent une enquête rigoureuse, afin de découvrir la vérité", a-t-il dit.

"La police continuera d'agir avec détermination et professionnalisme conjointement avec les forces de sécurité pour faire respecter la loi et traduire en justice les coupables", a de son côté indiqué la police dans un communiqué.

Plus tôt, à la suite de l'assignation à résidence des quatre suspects, l'organisation israélienne Honenou a fustigé le Shin Bet, dénonçant ses méthodes d'interrogatoire.

"Nous exigerons qu'une enquête soit menée contre le Shin Bet qui a maintenu en détention des innocents et ignoré les plaintes des familles et de leurs avocats", a déclaré Me Hay Haber.

"Le Shin Bet a encore une fois traumatisé de jeunes innocents", a-t-il ajouté.

Le service de sécurité a rappelé cependant que certains des suspects pourraient être à nouveau interrogés à leur domicile.

"Tous les éléments de preuve et les conclusions rassemblés jusqu'à présent lors de l'enquête ont été transférés au bureau du procureur", a-t-il également déclaré, soutenant que " les parties intéressées n'ont eu de cesse de perturber continuellement le bon déroulement de l'enquête, en diffusant notamment de fausses informations concernant la conduite des enquêteurs".

"Nos employés ne se laisseront pas influencer et continueront d'agir résolument contre tout élément impliqué dans une activité terroriste, quelle qu'elle soit", a souligné le Shin Bet.

Aisha Muhammad Talal Rabi, 47 ans, a été tuée le 12 octobre alors qu'elle perdait le contrôle de sa voiture ciblée par des jets de pierres, au carrefour de Tapuah en Cisjordanie.

La femme aurait succombé a un coup porté à la tête par un projectile. Une enquête avait été ouverte par le Shin Bet, alors que son époux, blessé également lors de l'incident, avait affirmé que les assaillants parlaient hébreu.

Commentaires

(0)
8Article précédentIsraël: 4 mineurs soupçonnés de terrorisme relâchés, le Shin Bet répond aux critiques
8Article suivantOnze ans de prison pour complots d'assassinat contre B. Netanyahou et N. Barkat