Le chef du Pentagone en Israël pour discuter Iran et Syrie

At a press conference in Tokyo US Defence Secretary Jim Mattis said Iran was "the single biggest state sponsor of terrorism in the world"
Toru YAMANAKA (AFP)
Mattis veut "entendre directement les plus hauts responsables israéliens sur leurs préoccupations"

Le secrétaire américain à la Défense Jim Mattis va rencontrer vendredi le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou pour évoquer l'Iran, la Syrie et un resserrement des relations après les tensions avec l'administration Obama.

Lors de sa visite, Mattis verra également le ministre de la Défense Avigdor Lieberman qu'il a déjà rencontré à Washington, et le président israélien Reuven Rivlin.

Le chef du Pentagone veut "entendre directement les plus hauts responsables israéliens sur leurs préoccupations actuelles et ce qu'ils attendent de la nouvelle administration", a expliqué un responsable de la Défense, sous couvert de l'anonymat.

DEFENSE MINISTRY

Au premier rang des préoccupations israéliennes figure l'influence de l'Iran dans la région, dénoncée également par les Etats-Unis.

"Où que vous regardiez" au Moyen-Orient, "s'il y a des problèmes il y a l'Iran", a accusé mercredi Jim Mattis après des rendez-vous à Ryad avec le roi Salmane d'Arabie saoudite et le ministre de la Défense saoudien, le vice-prince héritier Mohammed ben Salmane.

Israël s'alarme de la présence en Syrie du groupe terroriste libanais Hezbollah soutenu par Téhéran et des forces iraniennes venues prêter main forte au régime de Bachar al-Assad.

"En s'établissant durablement en Syrie avec le soutien du Hezbollah, l'Iran veut constituer un axe territorial reliant son territoire au Liban en passant par l'Irak et la Syrie, ce qui ne pourrait que mettre en danger la sécurité d'Israël", expliquait récemment le ministre israélien du Renseignement Israël Katz.

ABIR SULTAN (POOL/AFP/Archives)

L'Etat hébreu a été l'un des premiers pays à féliciter le président américain Donald Trump pour sa décision de mener récemment une frappe punitive contre une base aérienne syrienne, après une attaque chimique présumée du régime le 4 avril.

Par ailleurs, dimanche prochain, Israël doit recevoir trois nouveaux avions F-35 après l'arrivée en décembre de ses deux premiers exemplaires. Israël est le seul pays de la région à qui les Etats-Unis aient accepté de vendre cette machine de guerre ultra-sophistiquée.

(Avec agence)

Commentaires

(0)
8Article précédentIsraël recevra dimanche trois autres F-35 américains
8Article suivantLe chef du Pentagone met en garde Damas contre l'utilisation d'armes chimiques