Quantcast i24NEWS - Netanyahou en Inde: une première en 15 ans pour un Premier ministre israélien

Netanyahou en Inde: une première en 15 ans pour un Premier ministre israélien

Le PM israélien entame une viste de 5 jours pour approfondir les liens entre les deux pays

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou est arrivé dans la matinée à l’aéroport de New Dehli où il a été accueilli par son homologue indien Narendra Modi.

Le directeur général adjoint du ministère des Affaires étrangères pour l'Asie, Gilad Cohen, a affirmé que le voyage du 14 au 19 janvier, auquel prennent part 130 hommes d'affaires aura pour but d'approfondir les liens politiques, commerciaux et culturels entre les deux pays. Israël est aussi un gros fournisseur de matériel militaire pour New Delhi, avec environ un milliard de dollars d'équipements vendus chaque année.

"Cette visite constitue l'occasion de renforcer la coopération avec une puissance économique, sécuritaire, technologique et touristique mondiale", a déclaré le Premier ministre israélien dans un communiqué publié avant le voyage. "Le Premier ministre indien Modi est un ami proche d'Israël".

Les deux chefs du gouvernement se sont rendus à un mémorial en hommage aux soldats indiens ayant combattu pour la libération de Haïfa pendant la Premier guerre mondiale. M. Netanyahou devait ensuite rencontrer le chef de la diplomatie Sushma Swaraj avant un dîner avec M. Modi.

Au cours de son séjour qui s'achève le 19 janvier, le Premier ministre israélien se rendra à Bombay où il rencontrera des stars et des cadres de l'industrie cinématographique indienne. Il doit également participer à une cérémonie d'hommage aux victimes des attentats de Bombay durant lesquels un centre juif avait été pris d'assaut en 2008, faisant six morts dont un rabbin et son épouse.

Enthousiasmés

A Mumbai, où la communauté juive compte 4.500 âmes, il accompagnera Moshe Holtzberg, 11 ans, qui reviendra pour la première fois à la maison où ses parents ont été tués lors des attentats terroristes du 26 novembre 2008 qui avaient fait 166 morts.

À la synagogue Magen David de Bombay, les fidèles sont enthousiasmés par la première visite en Inde d'un dirigeant israélien depuis près de 15 ans.

"C'est une très bonne nouvelle pour nous, nous avons beaucoup de chance de voir le Premier ministre ici", a déclaré Joel Gershon Awaskar à l'AFP, après sa prière du matin.

Netanyahou sera seulement le deuxième Premier ministre israélien à se rendre en Inde et le premier depuis Ariel Sharon en 2003. Cette visite intervient six mois après celle de son homologue indien Narendra Modi en Israël.

Pour Jonathan Solomon, président de la Fédération juive indienne, les visites réciproques et le resserrement des liens entre les deux pays sont "très importants" pour les Juifs d'Inde.

"Plus la coopération est étroite, plus la communauté juive en Inde se sent proche d'Israël. Donc nous nous sentons reconnus et en sécurité", a-t-il déclaré à l'AFP.

INDRANIL MUKHERJEE (AFP)

Ce n'est pas seulement la reconnaissance à l'étranger que recherchent les Juifs indiens.

Si les historiens estiment que les Juifs sont arrivés en Inde il y a 2.000 ans, leurs descendants affirment aujourd'hui qu'ils sont pratiquement inconnus dans un pays où ils sont largement dépassés en nombre par les hindous, les musulmans, les sikhs, les chrétiens, les bouddhistes, les jaïns et les zoroastriens.

Les Juifs ne sont ainsi pas reconnus officiellement comme une communauté minoritaire par le gouvernement de l'Inde.

Inconnu

L'Inde abrite en fait plusieurs groupes juifs distincts: les "Bene Israelis", établis dans le pays depuis plusieurs siècles, et des Juifs de Bagdad, qui ont fui les persécutions au Moyen-Orient aux 18ème et 19ème siècles.

Bien qu'il n'y ait pas de chiffres officiels, les universitaires soutiennent que la population juive d'Inde a atteint un pic d'environ 20.000 personnes au milieu des années 1940, avant de décroître en raison d'une forte migration vers Israël à partir de 1948

"Beaucoup de gens ici ne connaissent pas la communauté juive, nos coutumes et nos fêtes", regrette Awaskar, qui espère que la visite de Netanyahou aidera à sensibiliser les Indiens à la foi juive.

AFP

Le centre Magen David, situé dans le quartier historique de Byculla, à Bombay, est l'une des huit synagogues de la capitale économique de l'Inde et des banlieues environnantes.

Chaque matin, une quinzaine d'hommes y récitent des prières dans un espace qui pourrait facilement contenir des centaines de personnes.

"Toute cette zone était juive", se souvient Ellis Jacob David, un responsable de la synagogue. "Mais beaucoup ont migré vers Israël, le Royaume-Uni, le Canada, l'Australie et les Etats-Unis."

"Visite émouvante"

La communauté juive d'Inde n'a pas connu les discriminations subies par leurs coreligionnaires dans d'autres pays, un fait que l'historienne juive Leora Pezarkar attribue en partie à son adoption des coutumes locales et de la langue.

"La communauté s'est très bien mélangée avec la population locale sans pour autant renoncer à son identité juive", a-t-elle déclaré à l'AFP.

David, dont les parents ont fui la persécution en Irak pour venir en Inde il y a 125 ans, dit qu'il n'a jamais expérimenté ou entendu parler de quiconque ayant été victime d'antisémitisme en Inde.

"Il y a seulement eu une attaque et elle était liée à un conflit extérieur, pas du tout intérieur", explique-t-il, se référant à l'attentat de novembre 2008.

Six personnes avaient été tuées dans le Chabad House, un centre juif du sud de Bombay, lors d’attaques coordonnées menées par des terroristes pakistanais dans toute la ville.

Moshe Holtzberg n'avait que deux ans lorsque ses parents, qui dirigeaient le centre, ont été abattus. Il a été sauvé par sa nounou qui a réussi à s'échapper, et vit aujourd'hui en Israël.

AFP

Jeudi, il se rendra avec Netanyahou dans son ancienne maison où un mémorial aux victimes sera dévoilé.

"Sa visite va être très émouvante pour nous, c'est l'endroit où ses parents l'ont étreint pour la dernière fois", a déclaré à l'AFP Israël Kozlovsky, le rabbin du centre.

Netanyahou se rendra également dans l'État du Gujarat, où se trouve Modi, et organisera une fête pour les producteurs de Bollywood, auprès de qui il fera la promotion d'Israël comme lieu de tournage.

Les dirigeants juifs espèrent que cette visite contribuera à persuader le gouvernement indien de les reconnaître officiellement en tant que communauté minoritaire, ce qui leur permettra d’être inclus dans le recensement.

(avec agence)

Commentaires

(1)

Voilà la grande différence quand Bibi va dans un pays étranger c’est pour apporter la technologie d’israël quand abbas va voire un pays étranger c’est pour demander de l’argent tout est dit

8Article précédentCisjordanie: des extrémistes juifs filmés en train de détruire une centaine d'oliviers
8Article suivantInculpation d'un Arabe israélien soupçonné d'avoir voulu perpétrer des attentats au nom de l'EI