Le discours de Mahmoud Abbas à l'ONU était "délirant et déconnecté de la réalité" (G. Erdan)

i24NEWS

3 min
L'ambassadeur d'Israël auprès de l'ONU, Gilad Erdan, à Jérusalem, le 31 mai 2022
Yonatan Sindel/Flash90L'ambassadeur d'Israël auprès de l'ONU, Gilad Erdan, à Jérusalem, le 31 mai 2022

Le président de l'AP a accusé à la tribune de l'ONU Israël de ne pas "croire à la paix"

L'ambassadeur d'Israël auprès des Nations unies, Gilad Erdan, a qualifié le discours prononcé vendredi par le président de l'Autorité palestinienne à l'ONU, de "délirant, truffé de mensonges et déconnecté de la réalité".

"Abou Mazen a prouvé une fois de plus que son temps est révolue. À maintes reprises, il utilise la plateforme de l'ONU pour inciter contre Israël et soutenir les terroristes qu'il finance", a déclaré Gilad Erdan.

"L'entreprise des Palestiniens d'imposer l'adhésion à part entière à l'ONU échouera. Les États-Unis s'y opposent ainsi que les membres du Conseil de sécurité, qui savent très bien qu'il a rejeté tout plan de paix dans le passé et que des organisations terroristes contrôlent les territoires de l'Autorité palestinienne", a souligné l'ambassadeur israélien.

"Nous agirons contre cette entreprise et veillerons à ce qu'elle soit repoussée au Conseil de sécurité", a-t-il ajouté.

https://twitter.com/i/web/status/1573356344861757440 ...

Ce post ne peut être affiché car les cookies pour les réseaux sociaux sont désactivés. Vous pouvez les réactiver en cliquant sur .

Un peu plus tôt, Mahmoud Abbas a accusé à la tribune de l'ONU Israël de ne pas "croire à la paix" et de mettre à mal la solution à deux États.

S'exprimant devant l'Assemblée générale de l'ONU, le dirigeant palestinien de 87 ans a estimé qu'Israël met à mal "de façon préméditée et délibérée la solution à deux États" et agit en "toute impunité".

"Cela prouve sans équivoque qu'Israël ne croit pas à la paix. Il veut imposer le statu quo par la force et l'agression. Nous n'avons donc plus de partenaire israélien à qui parler", a-t-il affirmé.

La veille, à la même tribune, le Premier ministre israélien Yaïr Lapid avait affirmé qu'"une grande majorité d'Israéliens soutiennent cette vision de la solution à deux États et je suis l'un d'eux. Nous n'avons qu'une condition : qu'un futur État palestinien soit pacifique". 

Video poster

Cet article a reçu 9 commentaires