Quantcast i24NEWS - "L’Iran donne au Hamas 100 millions de dollars chaque année" (Jason Greenblatt)

"L’Iran donne au Hamas 100 millions de dollars chaque année" (Jason Greenblatt)

Jason Greenblatt in a Hamas tunnel
COGAT

Jason Greenblatt, en visite à la frontière israélo-gazaouï la semaine passée, a réitéré dimanche ses critiques à l’encontre du Hamas et de son bailleur de fonds iranien.

Par le biais de son compte Twitter, l’avocat d’affaires américain a tiré à boulets rouges sur Téhéran, et l’aide régulière que l’Iran apporte au mouvement terroriste palestinien ; "Imaginez ce que les Gazaouïs pourraient faire avec 100 millions de dollars par an - ce que donne l’Iran au Hamas - et qui est utilisé pour des armes et des tunnels pour attaquer les Israéliens !".


Dans ces messages, Jason Greenblatt accuse également Téhéran d’être un "régime corrompu qui gaspille les ressources du peuple iranien dans des aventures militaires" au détriment de la promotion de la paix à l’étranger.

Un reproche qu’il dirige également vers le Hamas qui "devrait améliorer la vie de ceux qu’il prétend gouverner" plutôt que de choisir "d’augmenter la violence et de causer la misère de la population de Gaza".


Un post – accompagné d’une photo - publié suite à la tentative de transfert de substances explosives depuis Gaza, avortée par l’armée israélienne au point de passage de Kerem Shalom il y a quelques jours.

Jason Greenblatt / Gadi Eisenkot : même combat ?

Et si cette colère, mais aussi cette crainte face à la dégradation des conditions humanitaires dans la bande de Gaza, est évoquée par le représentant spécial pour les négociations internationales, le chef d’État-major israélien fait lui aussi le même constat.

Lors du Conseil des Ministres, Gadi Eizenkot s’est exprimé de façon exceptionnelle ; il a indiqué qu’Israël se devait de contribuer à une relance de l’économie dans l’enclave palestinienne, où, selon lui, une population sous asphyxie, qui fait face à de graves difficultés pour s’approvisionner en eau potable et en électricité vit aujourd’hui…

Une proposition toutefois sous conditions : "trouver une solution au problème des Israéliens encore détenus par le Hamas" dans la bande de Gaza.

Benyamin Netanyahou l’avait promis en novembre 2017 "nous ramènerons nos enfants à la maison". Trois mois plus tard, Jason Greenblatt réitère une nouvelle fois cette demande…


Mais malgré de nombreuses tentatives de négociations, depuis la guerre de 2014, ce sujet épineux n’est toujours pas clôt.

Commentaires

(1)

Ce qui est tout de même un peu curieux c’est que jamais on leur demande des comptes où passe l’argent

8Article précédentIsraël: avocats et juristes du monde entier réunis contre le BDS
8Article suivantQuand une employée du Mossad fait la cour à de hauts fonctionnaires français