Quand une employée du Mossad fait la cour à de hauts fonctionnaires français

i24NEWS

2 min
Vue en date du 15 novembre 2015 des locaux de la DGSI (Direction générale de la Sécurité Intérieure) à Levallois-Perret
LIONEL BONAVENTURE (AFP/Archives)Vue en date du 15 novembre 2015 des locaux de la DGSI (Direction générale de la Sécurité Intérieure) à Levallois-Perret

C’est dans les colonnes de l’hebdomadaire satirique que l’information est parue mercredi: selon le Canard enchaîné, depuis deux ans, une employée des renseignements extérieurs israéliens (Mossad) aurait réussi peu à peu à lier des contacts avec des personnes haut placées de la fonction publique française.

D’après le journal, "cette avenante quadragénaire" se déplaçait de façon régulière dans différents colloques sur la sécurité ou la stratégie internationale, où elle se présentait comme "consultante".

C’est d’ailleurs grâce à cette étiquette que l’espionne aurait sympathisé avec un haut gradé du ministère de la Défense qui venait d’être nommé à la tête d’une direction très sensible selon la publication Intelligence Online.

Elle aurait aussi noué des contacts avec trois hauts fonctionnaires venant respectivement du Quai d’Orsay, de Matignon et du ministère de l’Intérieur.

Mais les techniques de l’espionne ont mis la puce à l’oreille des services de renseignement français: la DGSI et la DGSE ont commencé à constamment surveiller l'employée du Mossad, convaincus qu'elle tentait de recruter des personnes haut placées pour le compte de l'agence israélienne.

Ceux qui avaient été approchés de trop près auraient d’ailleurs changé de fonctions depuis…

Selon le Canard enchaîné les services de renseignements auraient souhaité confier ce dossier à la justice française, sans en obtenir l’autorisation…

Pourtant, ce ne serait pas la première tentative du Mossad de soutirer des informations à la France: en 2010, lors de l’opération "Ratafia" en Syrie – lancée conjointement par Israël et l’hexagone – les services secrets israéliens auraient tenté de recruter des agents français, alors en mission sur place.

Cet article a reçu 10 commentaires