Quantcast i24NEWS - L'Afrique doit "comprendre" que le "temps du baby-sitting est révolu" (Kagame)

L'Afrique doit "comprendre" que le "temps du baby-sitting est révolu" (Kagame)

Rwanda's President Paul Kagame last visited the Elysee Palace in 2011
Yasuyoshi CHIBA (AFP/File)

"Nous ne grandirons jamais tant que nous estimerons avoir un besoin éternel de baby-sitters européens, américains, asiatiques ou autres", estime le président rwandais Paul Kagame dans un entretien cette semaine à l'hebdomadaire Jeune Afrique (JA).

"Moins le monde se préoccupe de nous, plus nous sommes en mesure de nous préoccuper de nous-mêmes. Nous devons comprendre que le temps du baby-sitting est révolu", ajoute M. Kagame, président en exercice de l'Union africaine (UA).

Revenant sur sa visite en France en mai où il a été reçu à l'Elysée pour la première fois depuis 2011 par le président français Emmanuel Macron, M. Kagame a estimé que M. Macron avait "introduit une dose de fraîcheur" notamment "dans les relations entre la France et le reste du monde, dont l'Afrique". "Cela aide et cela change par rapport aux positions néocoloniales d'antan (...) cette attitude nouvelle doit être encouragée", a-t-il dit.

ludovic MARIN (AFP)

Interrogé à propos de l'existence ou non d'une initiative commune tripartite France-Angola-Rwanda à propos de la République démocratique du Congo (RDC), M. Kagame a répliqué: "si initiative il y a, elle n'implique pas que ces trois pays. La région, l'Afrique, mais aussi les Etats-Unis, l'Europe, la Chine, la Russie se préoccupent de ce qui se passe en RDCongo".

Les neuf voisins de la RDC, géant d'Afrique centrale, dont le Rwanda et l'Angola, suivent de près le processus électoral dans ce pays, redoutant des débordements de violences. Des élections sont prévues le 23 décembre pour organiser le départ du président Joseph Kabila, dont le deuxième et dernier mandat a pris fin le 20 décembre 2016. Des opposants l'accusent de chercher des stratagèmes pour rester au pouvoir.

Paul Kagamé entretient également des relations étroites avec Israël où il s'est rendu en juillet dernier et en 2008.

GPO

Il a également été le premier chef d'Etat africain à s'exprimer devant la plus grande organisation américaine pro-israélienne, où il avait loué les liens entre l'Etat hébreu et son pays meurtri par un génocide en 1994.

Paul Kagame s'était clairement posé en "ami" et en allié de l'Etat hébreu.

Ces dernières années, l'Etat juif s'est beaucoup activé diplomatiquement et économiquement sur le continent et a noué des relations politiques et commerciales avec des pays tels que le Rwanda.

En effet, les deux pays ont signé un accord de coopération en 2014 et en 2015, et le Rwanda a également ouvert une ambassade à Tel-Aviv.

(avec agence)

Commentaires

(0)
8Article précédentIsraël: l'attaque au couteau d'Afula qualifiée de "terroriste" par la sécurité intérieure
8Article suivantBulgarie/Israël : Netanyahou loue une "merveilleuse" amitié entre les deux pays