Quantcast i24NEWS - Rencontre entre officiers israéliens et syriens pour discuter d’Assad et du Golan (exclusivité i24NEWS)

Rencontre entre officiers israéliens et syriens pour discuter d’Assad et du Golan (exclusivité i24NEWS)

Frontière israélo-syrienne
AFP

Des officiers israéliens et syriens se sont récemment rencontrés à trois reprises dans les hauteurs du Golan pour évoquer le retour de l’armée syrienne à ses postes militaires situés à la frontière entre les deux pays. Une information exclusive rapportée mardi par des sources sécuritaires d’Etats arabes à i24NEWS.

Ces discussions, très rares, se sont déroulées en présence de la Force des Nations unies chargée d'observer le désengagement (FNUOD) et d’officiels russes à un moment de hautes tensions entre l’Etat hébreu et le pays gouverné par Bachar al-Assad. D'intenses combats ont actuellement lieu entre les forces gouvernementales syriennes et des poches de rebelles ou de djihadistes dans le sud du pays.

Pour le brigadier-général israélien Hanan Gefen, réserviste au sein de l’unité d’élite de renseignement 8200, une coordination militaire directe comme celle-ci est "un phénomène totalement nouveau". Selon le gradé de l’Etat hébreu, elle n’est cependant "pas surprenante" et montre l’implication significative de la Russie dans la stabilisation du régime d’Assad.

"Je ne suis pas surpris car je suis certain que le déploiement militaire russe est très important dans la région. Il fait office de tampon entre la zone capturée par les rebelles et le régime syrien pour éviter les massacres", estime le brigadier-général.

"La dernière chose que les Syriens aimeraient voir, c'est une confrontation avec Israël", ajoute-t-il.

AFP/JALAA MAREY

Israël, qui reste techniquement en guerre avec la Syrie, a adhéré à une politique de non-intervention en ce qui concerne la conflit civil syrien, qui est entrée en mars dans sa huitième année.

L’Etat hébreu suit toutefois l'évolution de la situation dans le pays de très près, restant préoccupé par l'enracinement des forces pro-iraniennes sur place.

La Russie, principal allié d'Assad, assure une coordination étroite avec Israël vis-à-vis de ses inquiétudes sur le danger que peut représenter la Syrie pour l’Etat hébreu.

Lundi après-midi, le Premier ministre Benyamin Netanyahou a rencontré une délégation russe conduite par le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le chef d'état-major Valery Grasimov à Jérusalem.

Lors de la réunion qui a duré plus de deux heures, les parties ont évoqué la présence iranienne en Syrie.

"Notre objectif est que l'Iran soit complètement hors de la Syrie et la communication avec les Russes est coordonnée avec les États-Unis", a déclaré le Premier ministre israélien lors de la rencontre.

"Israël maintient sa liberté d'action et est en mesure d'attaquer si nécessaire. Si Assad permet aux Iraniens de s'y établir, nous serons en mesure d'attaquer. Nous ne permettrons pas à l'Iran de transformer la Syrie en une base militaire contre Israël," a réitéré le côté israélien.

Chaim Tzach / GPO

Malgré son soutien au président Assad, la politique de Moscou est de ne pas interférer, ni d’exercer de représailles envers l’Etat hébreu lorsqu’il effectue des raids aériens contre des cibles iraniennes ou du Hezbollah en Syrie.

Preuve que la tension entre l’Etat hébreu et Damas est toujours vive, mardi après-midi, deux missiles Patriot ont été tirés par Israël, visant un avion de chasse syrien qui avait pénétré dans l'espace aérien de son voisin.

L'engin a été abattu par l'un des deux projectiles.

En réponse, un responsable syrien a déclaré que Damas réagira "dans peu de temps" contre les forces de l’armée israélienne.

Commentaires

(3)

Une nouvelle crise de type CUBA est en train de se jouer en Syrie avec l Iran Dans le passe la fermeté des usa avait paye Bibi a raison de faire de meme

celui qui rentre dans l espace aérien israélien prends des risques car ce pays est sur le quivif.

au début de l'entrevue, les Israéliens n'ont pas reconnu le drapeau syrien, car d'habitude, face aux Israéliens, les drapeaux sont blancs.

8Article précédentUne activiste espagnole pro-BDS interdite d'entrée en Israël
8Article suivantAttaque en Cisjordanie: le terroriste est un Palestinien de 17 ans