Quantcast i24NEWS - Israël: le ministre de l'Economie invité à une conférence sur la high tech à Bahreïn

Israël: le ministre de l'Economie invité à une conférence sur la high tech à Bahreïn

Bahreïn
AFP
Les visites de responsables israéliens dans les pays du Golfe se sont multipliées ces dernières semaines

Le rapprochement entre Israël et les pays du Golfe ne cesse de s’intensifier ces dernières semaines. Après les visites officielles de plusieurs dirigeants israéliens ces dernières semaines à Oman et aux Emirats arabes unis, le ministre israélien de l'Économie et de l'Industrie, Eli Cohen, a été officiellement invité la semaine dernière, à participer à la conférence "Startup Nations Ministerial" qui se tiendra à Bahreïn.

De hauts responsables du monde entier sont attendus à ce congrès où les participants travailleront sur l’identification de nouveaux outils politiques visant à stimuler les initiatives technologiques entre les pays.

Il s’agit de la cinquième édition de cette initiative de la Banque mondiale et du Global Entrepreneurship Network. La conférence s’était tenue à Milan, Istanbul, Johannesburg et Medellin les années précédentes.

La participation d’Eli Cohen à la conférence interviendra après la visite historique du Premier ministre Benyamin Netanyahou à Oman, à la venue de la ministre de la Culture et des Sports, Miri Regev, à Abu Dhabi, de la visite du ministre des Communications, Ayoub Kara, à Dubaï, et de la venue du ministre des Transports et du Renseignement, Yisrael Katz, à Oman.

- (Benjamin Netanyahu Official Twitter Account/AFP)

Le royaume Bahreïn, pays insulaire situé entre l’Iran et l’Arabie saoudite, est un régime sunnite avec une population majoritairement chiite.

Bahreïn compte 1,4 million d'habitants, dont près de 50% sont des travailleurs étrangers, et est dirigé par le roi Hamad Ibn Isa al-Halifa.

En 2005, quand Bahreïn a signé un accord commercial avec les Etats-Unis, il avait annoncé son retrait du boycott des pays arabes d'Israël.

En 2007, le ministre des Affaires étrangères, Khaled Khalifa, avait révélé que son homologue israélienne de l’époque, Tzipi Livni, avait proposé d'établir des relations diplomatiques avec l’Etat hébreu, mais avait dû « reporter l’initiative ».

Commentaires

(1)

Ah bah oui quand on a besoin de technologie israélienne la comme par hasard on peut entretenir de relation, mais quand on a rien besoin on reconnaît pas Israël, alors Israël doit imposer ses conditions. Ou la paix et désaccords des ambassades ou pas de technologie ni être militaire ni autre chose

8Article précédentAbbas accepte les termes de l'accord de cessez-le feu entre Israël et le Hamas
8Article suivantAbbas accepte les termes de l'accord de cessez-le feu entre Israël et le Hamas