Quantcast i24NEWS - Israël admet avoir coulé par erreur un bateau de réfugiés libanais en 1982, faisant 25 morts

Israël admet avoir coulé par erreur un bateau de réfugiés libanais en 1982, faisant 25 morts

La Marine israélienne reçoit son cinquième sous-marin allemand
AP

Un reportage de la chaîne israélienne Channel 10 a révélé jeudi soir qu’en 1982, un sous-marin israélien a torpillé par erreur un bateau transportant des réfugiés et des travailleurs étrangers au large des côtes libanaises pendant de la première guerre du Liban, faisant 25 morts.

L’incident a pu être enfin révélé après la levée de la censure par l’armée sur cet événement, 36 ans plus tard

Selon Channel 10, la frappe a eu lieu en juin 1982 au large de la ville de Tripoli, dans le nord du Liban, alors qu'Israël imposait un blocus naval au Liban.

C’est au cours de ce mois que les forces israéliennes sont entrées au Liban dans le cadre d'une offensive contre les bases de l'OLP, qui allait marquer le début du conflit.

Le sous-marin de type Gal participait à "l'opération Dreyfus", une tentative de la marine israélienne d'empêcher les forces navales syriennes d'intervenir dans les combats.

Selon Channel 10, un navire civil aurait apparemment tenté de profiter d'un bref cessez-le-feu pour fuir la région avec à son bord un groupe de réfugiés et de travailleurs étrangers.

Le capitaine du sous-marin israélien, identifié comme "Maj. A", croyait que le bateau transportait des combattants palestiniens fuyant Tsahal, et donna l'ordre de tirer deux torpilles sur le bateau, qui coula.

Le commandant de bord a déclaré lors d'une enquête de l’armée qu'il était convaincu de la présence de terroristes palestiniens à bord du navire, et qu'il avait vu 30 à 40 hommes portant tous le même vêtement, pensait qu'il s'agissait d'uniformes militaires. Il a affirmé avoir également constaté qu'il n'y avait ni femmes ni enfants à bord du navire.

Le capitaine du bateau libanais et 24 autres personnes sont morts dans l'attaque israélienne. Aucune des victimes n'a été identifiée dans le reportage. Durant cette période, de nombreux navires, dont certains transportant des terroristes et des civils, naviguaient au large du Liban cherchant à échapper à la guerre.

L'enquête de Tsahal remise en question par un officier

Channel 10 souligne, en outre, qu'il était apparu que, dans le chaos de la guerre, Palestiniens et Libanais n'avaient jamais réalisé que le bateau avait été coulé par un sous-marin israélien.

Tsahal n’a commencé à enquêter sur cet incident que 10 ans après, suite à la demande le chef de l’unité sous-marine de l’époque, selon le reportage.

L’enquête de l’armée israélienne sur le naufrage a déterminé que le capitaine avait certes fait une erreur, mais qu’il agissait dans le cadre de ses ordres opérationnels. Le rapport a ainsi souligné qu'il n'avait pas tiré sur d’autres navires soupçonnés de transporter des combattants palestiniens, parce qu'il y avait des civils innocents à bord.

"Ce n'était pas un crime de guerre et il n'y avait pas d'inconduite, il n'y a pas eu de recours en justice", a conclu le rapport de Tsahal.

Channel 10 a cependant interviewé un ancien officier supérieur de Tsahal qui a enquêté sur l'incident et qui remet en question les conclusions du rapport.

"Nous avons des règles d'engagement, même concernant les sous-marins, vous ne tirez pas simplement sur un bateau car vous soupçonnez qu'il y a peut-être quelque chose", a déclaré l’officier à Channel 10, ajoutant que le sous-marin aurait dû faire venir un patrouilleur de la marine pour enquêter.

L’officier a déclaré qu'il avait espéré qu'Israël reconnaisse cet incident pendant des décennies. "Je me suis tourné vers la police, l'armée, le ministère de la Justice et ils m'ont tous ignoré", a-t-il déclaré.

Selon lui, plusieurs autres officiers ont voulu témoigner, sans jamais être autorisés à le faire.

Dans leur reportage, les journalistes de Channel 10 ont envisagé la possibilité que l'armée israélienne ait cherché à éviter la divulgation de l'incident en partie à cause de la honte suscitée par sa gravité.

Selon le média israélien, plusieurs officiers supérieurs de la marine de cette période refusent toujours d'être interrogés sur ce sujet.

Commentaires

(1)

Indemnisation obligatoirement

8Article précédentIsraël admet avoir coulé par erreur un bateau de réfugiés libanaisen 1982, faisant 25 morts
8Article suivantNetanyahou n'assistera pas à l'investiture du président brésilien