Quantcast i24NEWS - L'ex-ambassadeur d'Israël Michaël Oren poursuit ses attaques contre Barack Obama

L'ex-ambassadeur d'Israël Michaël Oren poursuit ses attaques contre Barack Obama

Michael Oren et Barack Obama
"L'attitude d'Obama à l'égard de l'islam émane clairement de ses relations personnelles avec les Musulmans"

Dans un éditorial publié vendredi dans le magazine Foreign Policy, le député de la Knesset Michael Oren du parti Koulanou (centre-droit) et ancien ambassadeur d'Israël à Washington, s'en prend une nouvelle fois au président Barack Obama, estimant que la sensibilisation à outrance du chef de la Maison Blanche par rapport au Moyen-Orient serait due au fait qu'il a été abandonné par les deux personnages musulmans dans sa vie personnelle et cherche par conséquent la reconnaissance de leurs coreligionnaires.

Oren écrit que "l'attitude d'Obama à l'égard de l'islam émane clairement de ses relations personnelles avec les Musulmans"

Il ajoute que le monde devrait regarder de plus près l'approche d'Obama à l'égard du Moyen-Orient, un politique naïve et à laquelle il est difficile d'accorder du crédit.

Il s'agit du troisième éditorial publié dans les médias américains publié en moins d'une semaine dans lequel Michael Oren s'attaque au président américain. Son premier papier, oublié dans le Wall Street Journal, intitulé "Comment Obama a abandonné Israël (lire article) a été suivi par "Pourquoi Obama a tort concenant un Iran 'rationnel' sur le nucléaire' dans le Los Angeles Times. Ces articles s'inscrivent dans le cadre d'une campagne de promotion de son livre "Ally" (Allié) sur la période durant laquelle il a été en poste à Washington, de 2009 à 2013. Il y affirme que si les relations entre Israël et les Etats-Unis "partent en lambeaux", c'est Barack Obama qui en porte la responsabilité.

Moshe Kahlon, le nouveau ministre israélien des Finances et président du parti Koulanou dont est issu Michael Oren, avait envoyé cette semaine une lettre d'excuses à l'ambassadeur des Etats-Unis en Israël, Dan Shapiro, dans laquelle il expliquait que les vues de Michael Oren ne reflètent pas les positions du parti et concernent une période où Koulanou n'existait pas.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, quant à lui, avait refusé de se dissocier publiquement des déclarations faites par Michael Oren lorsque ce dernier a accusé le président Barack Obama d'avoir délibérément abandonné Israël.

Netanyahou a déclaré à l'ambassadeur américain Dan Shapiro que le texte de Michael Oren ne représentait pas la position du gouvernement israélien, mais il a refusé de porter publiquement un jugement sur le contenu de l'éditorial rappelant que M. Oren ne fait pas partie du Likoud.

Commentaires

(5)

Que c'est agréable de lire cet article I24, comme cela, quand les vérités commencent à arriver jusqu'à nous! Et la réponse du Responsable de la Medina Israël est de la même trempe. Je pense que pendant les 18 prochains mois, nous allons apprendre beaucoup de nouvelles aussi difficiles à digérer pour un certain Dirigeant. Surtout ne pas céder aux menaces, nous avons la force de résister, le droit est avec nous.

Oui, je change complètement mon point de vue sur i24, qui est très courageux. Pour faire découvrir ces points de vues, il faut composer avec la pensée toute prête, qui ne demande surement qu'à s'ouvrir... ou au moins à nuancer: il faut être optimiste !

Bravo M. Oren. Enfin un homme courageux pour dire ce que toute personne informée et réfléchie pense déjà depuis longtemps. Quant à i24news, on ne peut pas l'accuser de favoriser telle ou telle tendance politique. Lire les articles de MM. Blum et Navon entre autre...

Il faut qu'Israel regarde la vérité en face. Il perd tous ses allies petit à petit et Obama n'y est pour rien. Il n'est ni aveugle ni idiot, mais humain et intelligent

Des preuves irréfutables du sentiment pro-islam, inné, d'Obama est son soutien inconditionnel, à Morssi d'Egypte qui détruisait tous ses opposants prônant un régime plus démocratique - et son alignement sur l'idéologie des frères musulmans - l'abandon de l'Egypte de SISSI opposé à l'Islam radical. Il semble, aujourd'hui, incontestable qu'Obama veuille régler le problème des territoires - à la pleine satisfaction des prétendus palestiniens !

8Article précédentAttentat/Cisjordanie: "une nouvelle étape dans l'escalade du terrorisme"(Rivlin)
8Article suivantNetanyahou refuse de se dissocier publiquement des propos de M. Oren