Quantcast i24NEWS - Israël: le ministre de la Défense démissionne et se retire de la vie politique

Israël: le ministre de la Défense démissionne et se retire de la vie politique

Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu and Defense Minister Moshe Yaalon (R) attend a weekly cabinet meeting at PM's office in Jerusalem
Ronen Zvulun (POOL/AFP/File)
Il quitte le gouvernement de Netanyahou en invoquant son "manque de confiance" dans le Premier ministre

Le ministre israélien de la Défense Moshé Yaalon a annoncé vendredi qu'il quittait le gouvernement de Benyamin Netanyahou et le monde politique en invoquant son "manque de confiance" dans le Premier ministre.

"J'ai dit au Premier ministre ce (vendredi) matin qu'étant donné son comportement au cours des derniers évènements et mon manque de confiance en lui, je démissionnais du gouvernement et de la Knesset (Parlement israélien, ndlr) et je prenais mes distances avec la vie politique", a indiqué Yaalon sur Twitter.

Le Premier ministre israélien Netanyahou avait offert mercredi le portefeuille de la Défense à Avigdor Lieberman, actuellement dans l'opposition. Il s'agit pour Netanyahou d'élargir sa majorité parlementaire, qui ne tient actuellement qu'à une voix.

En remplacement, Benyamin Netanyahou aurait offert à Yaalon le portefeuille des Affaires étrangères.

Au-delà de l'élargissement de la coalition gouvernementale, la décision de Netanyahou de proposer la Défense à Lieberman a aussi été largement interprétée par les commentateurs comme une manoeuvre destinée soit à sanctionner Yaalon, soit à écarter un potentiel rival au sein du Likoud.

De profonds différends opposaient Netanyahu et Yaalon depuis des semaines, dernièrement sur la liberté de parole des généraux israéliens.

Le Premier ministre avait sévèrement critiqué les propos controversés d'un général de l'armée israélienne (Tsahal) qui avait comparé Israël à l'Allemagne nazie d'avant-guerre le jour de la commémoration de la Shoah.

Le retrait de Yaalon devrait en outre signifier l'entrée au Parlement de l'activiste Yehuda Glick, considéré comme un dangereux provocateur pour son engagement en faveur du droit des Juifs à prier sur le mont du Temple (Esplanade des Mosquées pour les Musulmans) à Jérusalem.

A lire sur le même sujet: Le soldat Liberman succède au général Yaalon, quand l'homme devient le message

Commentaires

(0)
8Article précédentLe soldat Liberman succède au général Yaalon: quand l'homme devient le message
8Article suivantIsraël est "infecté par les germes du fascisme" (Ehud Barak)