Pas de résultats.

close

Israël: les vastes projets ministériels du nouveau gouvernement

i24NEWS

clock 2 min

Photo de famille du nouveau gouvernement à la résidence du président à Jérusalem, le 14 juin 2021
EMMANUEL DUNAND / AFPPhoto de famille du nouveau gouvernement à la résidence du président à Jérusalem, le 14 juin 2021

Pas de hausse d'impôts selon les Finances, mais de grands projets sont préconisés notamment aux Transports

Les ministres du nouveau gouvernement israélien ont annoncé lundi les projets qu'ils comptent mettre en oeuvre durant leur mandat, promettant notamment de ne pas augmenter les impôts.

Le ministre des Finances et président du parti Israel Beiteinou, Avigdor Liberman, a présenté lundi plusieurs directives soulignant lors d'une conférence de presse que les impôts ne seraient augmentés à aucun moment.

Il vise par ailleurs à stopper les allocations attribuées aux Israéliens en congé sans solde ou sans emploi liées à la pandémie de coronavirus aux personnes âgées de moins de 45 ans, tandis que son prédécesseur, Israel Katz (Likoud), avait prévu de supprimer les paiements uniquement pour les moins de 28 ans.

Video poster

M. Liberman a également indiqué qu'il s'efforcerait d'intégrer davantage les ultra-orthodoxes dans le monde du travail en incitant parallèlement les écoles talmudiques à adopter le programme de l'Education nationale.

Pas de hausse d'impôts, mais un vaste plan d'investissement est toutefois préconisé par la ministre des Transports et présidente du Parti travailliste, Merav Michaeli, pour améliorer les services, réduire les écarts sociaux et la pollution.

La ministre de l'Éducation, Yifat Shasha-Biton, membre du parti de droite Nouvel espoir, souhaite pour sa part accorder plus d'autonomie aux directeurs d'école, faire progresser les droits des enseignants, réduire le nombre d'examens de fin d'études, et passer à une semaine scolaire de cinq jours dans le secondaire.

A l'Intérieur, Ayelet Shaked (Yamina) s'apprête à renvoyer les demandeurs d'asile dans leur pays d'origine et à les persuader de quitter volontairement Israël pour un pays tiers.

Mais après deux années consécutives sans budget national en Israël en raison d'une crise politique sans précédent, l'adoption d'un budget d'Etat reste le défi le plus urgent pour le nouveau gouvernement.