Pas de résultats.

close

Israël: Miri Regev critiquée pour avoir dénoncé l'"ADN blanc" au sein de la direction du Likoud

i24NEWS

clock 3 min

Miri Regev assiste à une conférence du groupe 'Besheva' à Kedem, en Cisjordanie, le 5 septembre 2019.
Hillel Maeir/Flash90Miri Regev assiste à une conférence du groupe 'Besheva' à Kedem, en Cisjordanie, le 5 septembre 2019.

L'ancienne ministre des Transports a déjà évoqué dans le passé son souhait de devenir un jour Premier ministre

L'ancienne ministre du Likoud, Miri Regev, a suscité la colère de plusieurs membres de son parti, après avoir dénoncé l'"ADN blanc" de la direction de la grande formation de droite.

Dans une interview au quotidien Yedioth Ahronoth vendredi, Miri Regev, a fait remarquer que de nombreux postes à responsabilité en Israël n'ont jamais été occupés par des Juifs mizrahi (ou "orientaux") depuis la fondation du pays, bien que la majorité des sympathisants du Likoud soient issus de cette communauté.

Or, la plupart des membres les plus anciens du Likoud, qui sont choisis lors de primaires internes, sont d'origine ashkénaze, comme l'ont été tous les dirigeants du parti.

"Si les membres du Likoud continuent à élire des dirigeants à l'ADN blanc, un autre Likoud verra le jour. Un vrai Likoud mizrahi qui donnera aux Mizrahim une voix qui a été exclue pendant des années", a-t-elle déclaré.

Elle a renchéri samedi en déclarant sur Channel 13 qu'"il y a (en Israël) une élite occidentale qui contrôle la plupart des centres de pouvoir. Il est inacceptable qu'après 73 ans, il n'y ait pas eu de Premier ministre homme ou femme mizrahi, ni de président de la Cour suprême homme ou femme mizrahi", a-t-elle ajouté.

"Je pense qu'au lendemain du départ de Bibi Netanyahou, les membres du Likoud devront se tourner vers l'intérieur", a-t-elle déclaré au journal. "Nous avons d'excellents, de bons, de très bons Mizrahis qui peuvent diriger le Likoud", a-t-elle ajouté.

Mme Regev, 56 ans, qui a déjà évoqué son souhait de devenir un jour Premier ministre, est née en Israël d'un père d'origine marocaine et d'une mère d'origine espagnole.

Video poster

Plusieurs députés du Likoud ont accusé l'ancienne ministre des Transports de vouloir remplacer B. Netanyahou maintenant que le parti n'est plus au pouvoir.

"Toute personne qui dit: 'Je me présenterai à la direction du Likoud après Netanyahou' souhaite probablement secrètement que ce jour arrive, et peut-être même qu'elle prend des mesures pour que cela arrive", a déclaré le député Amir Ohana samedi sur Channel 12.

"Ses commentaires sont étranges. Miri Regev a voté pour le Netanyahou ashkénaze pendant toutes ces années... Pourquoi tout d'un coup a-t-elle des considérations ethniques ?", a de son côté souligné le député Yuval Steinitz à la radio Kol Barama.

Enfin, Tzachi Hanegbi a déclaré à Channel 12 : "Ma mère était un leader Mizrahi et elle aurait pu être un très bon Premier ministre, mais pas parce qu'elle était la fille d'un père yéménite et d'une mère marocaine, mais grâce à sa personnalité. C'est ainsi que les dirigeants du Likoud sont élus".