Quantcast i24NEWS - Netanyahou dénonce l'implication de Georges Soros dans une campagne contre le gouvernement

Netanyahou dénonce l'implication de Georges Soros dans une campagne contre le gouvernement

George Soros has come under fire in Hungary
OLIVIER HOSLET (POOL/AFP)

Le milliardaire juif américain George Soros est à l'origine d'une campagne contre le plan gouvernemental d'expulsion de 38.000 migrants africains illégaux, a affirmé dimanche le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou.

M. Netanyahou a accusé l'homme d'affaires d'origine hongroise lors d'une réunion hebdomadaire avec ses ministres du Likoud. Alors que le ministre des Sciences, Ofir Akunis, affirmait que des gouvernements étrangers finançaient des protestations en Israël contre cette mesure, le Premier ministre a alors répliqué que "Gorges Soros finance lui aussi les manifestations", selon les médias israéliens.

Barack Obama "a expulsé deux millions d'infiltrés et personne n'a rien dit", a également lancé le dirigeant israélien, cité par Haaretz.

"Contrairement à la fausse accusation du Premier ministre Benyamin Netanyahou, Georges Soros n'a financé aucune manifestation contre le projet israélien d'expulsion de demandeurs d'asile africains", a répondu un porte-parole de l'homme d'affaires à des journalistes israéliens.

"Cependant, M. Soroscroit fermement que, conformément à la Convention de 1951 sur les réfugiés et au droit international, il est injuste de renvoyer de force les demandeurs d'asile dans des pays où ils pourraient être persécutés ou tués", a-t-il ajouté.

Le milliardaire juif de 87 ans s'est vu reproché son soutien et son financement à des ONG anti-israéliennes. "George Soros "discrédite les gouvernements élus démocratiquement en Israël en finançant des organisations qui diffament l'Etat juif et lui nient le droit de se défendre", a déclaré le gouvernement, tout en déplorant "toute sorte d'antisémitisme", lors du scandale des affiches antisémites en Hongrie l'année passée.

En juillet, des milliers d'affiches à caractère antisémite financées par le gouvernement conservateur du Premier ministre, Viktor Orban, avaient fait leur apparition dans toute la Hongrie. Elles présentaient un portrait rieur de Georges Soros accompagné du commentaire: "ne laissons pas Soros rire le dernier" pour dénoncer son action supposée en faveur de l'immigration. Viktor Orban a désigné l'homme d'affaires comme le principal ennemi du pays et lancé une série d'actions et de messages visant à le discréditer.

ATTILA KISBENEDEK (AFP/Archives)

"La décision prise par le Premier ministre de faire porter le chapeau à Georges Soros doit tous nous inquiéter", s'est révolté la députée de l'opposition Tamar Zandberg (Mertez).

La députée a également rappelé la campagne antisémite dont a été victime M. Soros "et qui a semé la peur parmi tous les Juifs hongrois", a cité le Times of Israel. "La décision prise par Netanyahou d'enflammer les choses" est une "continuation directe des liens dangereux entretenus par le Likoud avec les partis d’extrême-droite en Europe", a-t-elle estimé.

L'Autorité israélienne de la population et de l'immigration a émis dimanche matin des avis d'expulsion à des milliers de migrants et demandeurs d'asile, principalement d'origine érythréenne et soudanaise, amorçant ainsi le programme gouvernemental d'expulsion du territoire israélien de 38.000 migrants africains illégaux.

Des députés, intellectuels, activistes, rabbins, et survivants de la Shoah ont protesté contre cette mesure lors de diverses manifestations et appels au gouvernement.

Commentaires

(0)
8Article précédentLa Knesset rejette les projets de loi sur la limitation des mandats du Premier ministre
8Article suivantNaftali Bennett veut "légaliser" l’implantation de Har Bracha