Quantcast i24NEWS - Corruption: Netanyahou clame de nouveau son innocence

Corruption: Netanyahou clame de nouveau son innocence

"The law is baseless. I strongly oppose it. One cannot change history and the Holocaust cannot be denied," Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu said of a Polish bill outlawing any reference to the Nazi death camps in the country as being Polish
GALI TIBBON (POOL/AFP/File)

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a réagi mercredi soir aux informations rapportées par les médias israéliens selon lesquelles plusieurs chefs de police ont décidé de recommander son inculpation pour corruption.

Dans une vidéo postée sur sa page Facebook, Netanyahou a affirmé que les autorités judiciaires finiront par conclure qu'"il n'y a rien".

"Il n'y aura rien, parce que je connais la vérité", explique Netanyahou. "La loi stipule que l'autorité compétente pour déterminer s'il existe des preuves contre le Premier ministre est le procureur général, et il discute de la question avec le procureur de l'Etat. Le procureur de l'Etat a récemment indiqué à la Knesset qu'environ la moitié des recommandations de la police ne débouchent sur rien", précise-t-il

"Alors soyez tranquilles". "Il y aura des recommandations, il y aura aussi des pancartes disant 'Bibi est coupable jusqu'à preuve du contraire' (...) Mais je suis sûr qu'au final les autorités judiciaires parviendront à une conclusion, à la simple vérité: il n'y a rien", conclut le Premier ministre.

Dans l'une des enquêtes le visant, M. Netanyahou est soupçonné d'avoir reçu, illégalement, des cadeaux de personnalités très riches, dont le milliardaire australien James Packer et un producteur à Hollywood, Arnon Milchan. La valeur totale de ces cadeaux a été évaluée par les médias à des dizaines de milliers de dollars.

Une autre enquête cherche à déterminer si M. Netanyahou aurait essayé de conclure un accord secret avec le propriétaire du Yediot Aharonot pour une couverture favorable de la part du quotidien israélien.

Premier ministre depuis 2009, après avoir déjà occupé ce poste entre 1996 et 1999, M. Netanyahou s'est constamment défendu de tout méfait et se dit victime d'une campagne pour le chasser du pouvoir.

Commentaires

(7)

Pauvre homme ! Voir tout ce qu'il fait pour la sécurité de son peuple et être traité ainsi !

les israeliens surtout de gauche sont tres jaloux !!et ceux qui ny arrivent pas par les urnes cherchent a l'abattre par d'autre moyens !!, ce n'est pas qu'un pays de lait et de miel ....

La gauche israélienne regrettera un jour son acharnement non justifié contre cet homme qui n’a que la sécurité de son pays dans la tête

Cela fait sourire de lire ces commentaires ; les seules préoccupations de Bibi sont le pouvoir et son portefeuille.

Bibi devrait postuler à la mairie de Netanya ; avec tous les français qui y habitent, il serait certain d’être élu à vie, quoiqu’il fasse .

@Jostoub et bolteagle , à mon avis, ses « alliés » Benett, Lieberman et Khalon sont bien plus pressés de le voir tomber et de prendre sa place que la gauche..

Vous en voulez d’autres de bémols ? Les monopoles qui ne permettent pas une saine concurrence, Le prix de l’immobilier, Les survivants de la Shoah qui crèvent la faim, Une généralisation de la corruption à la plupart des municipalités, Et j’en passe.. Quel signal donnons nous à la société israélienne si nous banalisons la corruption et l’acceptons du premier représentant de la nation ? Comment juger un escroc et le condamner à de la prison alors que le premier ministre est pardonné pour des fautes encore plus graves ? Par ailleurs, si dans les pays occidentaux il existe également de la corruption, citez un seul pays qui accepte un homme d’état corrompu à sa tête ? Quel pays accepte un membre du gouvernement ayant fait de la prison et avec une procédure judiciaire en cours ? (Je pense à Arieh Deri).. C’est cela l’état que nous souhaitons donner en exemple ?

8Article précédentNaftali Bennett veut "légaliser" l’implantation de Har Bracha
8Article suivantL'ancien chef du Shin Bet quitte la politique après avoir menti au sujet de son service militaire