Quantcast i24NEWS - Les migrants africains, plus dangereux que les terroristes, selon Benyamin Netanyahou

Les migrants africains, plus dangereux que les terroristes, selon Benyamin Netanyahou

Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu looks on during a session at the Knesset in Jerusalem, Monday, March 12, 2018.
AP Photo/Sebastian Scheiner
Des propos tenus alors que le gouvernement a ordonné le renvoi de milliers de migrants

Le Premier ministre israélien a déclaré mardi que la barrière électronique installée à la frontière israélo-égyptienne a sauvé l’Etat hébreu d’une attaque djihadiste ou de ce qui pourrait être "pire" selon Benyamin Netanyahou: un afflux de migrants africains.

"Sans cette clôture, nous aurions dû faire face à des attaques sévères par les terroristes du Sinaï, ou quelque chose d’encore pire, une marée de migrants illégaux venant d’Afrique", a rapporté le Bureau du Premier ministre lors d’une conférence sur le développement dans la ville de Dimona, citant Benyamin Netanyahou.

Selon le Ministère de l’Intérieur, 42.000 migrants africains - venant pour la plupart du Soudan et d’Erythrée - se trouveraient actuellement en Israël. Le gouvernement a ordonné que des milliers d’entre eux soient renvoyés ou emprisonné pour une durée indéterminée.

Cependant, la semaine passée, la Cour suprême israélienne a décidé de geler ces renvois controversés.

Les migrants africains ont commencé à s’introduire en Israël de façon illégale en 2007, utilisant une partie poreuse de la frontière égyptienne, située dans la région du Sinaï.

AFP


Une clôture aux buts multiples

Une frontière hi-tech a depuis été construite sur 200 km dans le désert du Neguev, mettant un terme à l’afflux de migrants.

Benyamin Netanyahou a indiqué qu’une vague d’immigration non-juive menacerait le caractère propre à Israël: "Nous parlons d'un Etat juif et démocratique, mais comment pouvons-nous garantir un Etat juif et démocratique avec 50.000 puis 100.000 ou 150.000 migrants par an ?". "Après un million, un million et demi, nous ferions mieux de fermer boutique", avait indiqué le Premier ministre israélien, avant de préciser, "nous n'avons pas fermé, nous avons construit une clôture".

Cette barrière - un projet de défense massif, terminé en 2017- protège également Israël du trafic d’armes ou de drogue qui s’opèrent à partir de la péninsule du Sinaï.

Une région où s’affrontent l’armée égyptienne et l’Etat islamique, depuis le 9 février.

Commentaires

(1)

Protéger son pays, son intégrité et sa spécificité n'a rien de raciste ou de xénophobe comme certains l'affirment... Par contre, accorder le droit d'asile en toute légalité et officiellement à des migrants sélectionnés selon les besoins d'Israël serait une approche humainiste et compréhensible, même pour les pires ennemis d'Israël toujours accusé, surtout en Europe...

8Article précédentIsraël: l'ex PM Olmert conseille à Netanyahou de "démissionner","fuir" et "disparaître"
8Article suivantIsraël: la députée Tamar Zandberg remporte les primaires du parti de gauche Meretz