Des responsables arabes israéliens bloquent une autoroute pour protester contre la violence dans leur communauté

i24NEWS

2 min
Des Arabes israéliens bloquent une route pour protester contre la violence, le crime organisé et les récents meurtres au sein de leurs communautés, à Tel Aviv, le 28 octobre 2021.
Avshalom Sassoni/Flash90Des Arabes israéliens bloquent une route pour protester contre la violence, le crime organisé et les récents meurtres au sein de leurs communautés, à Tel Aviv, le 28 octobre 2021.

Depuis le début de l'année, 104 homicides volontaires ont été commis dans la communauté arabe israélienne

Des dizaines de manifestants Arabes israéliens ont bloqué jeudi l'autoroute 6, la grande voie rapide du centre d'Israël, ainsi que la route Ayalon, aux abords de Tel-Aviv, afin de protester contre l'inaction présumée du gouvernement pour mettre fin à la criminalité dans les villes et villages arabes du pays.

Les manifestants ont quitté la ville Kafr Qara, dans le centre d'Israël, en direction de Jérusalem. Des députés de la Liste unifiée, qui regroupe plusieurs factions à prédominance arabe, dont son dirigeant Ayman Odeh, étaient présents sur les lieux. 

Plusieurs maires de localités arabes ont également rejoint le convoi, ainsi que des personnes qui ont perdu des proches dans les violences de ces derniers mois.

"Nous vivons dans une situation où il y a des meurtres tous les deux ou trois jours. Si nos enfants ne peuvent pas vivre normalement, le reste du pays ne peut pas continuer à vivre normalement", a déclaré M. Odeh.

Video poster

Les Arabes israéliens se plaignent depuis longtemps de la faible réaction de l'État dans leurs villes et villages, où, selon eux, la police ne cherche que trop rarement à résoudre les homicides. 

L'année 2021 s'annonce cependant comme la plus sanglante jamais enregistrée, avec 104 meurtres recensés dans la communauté arabe jusqu'à présent.

Le gouvernement du Premier ministre Naftali Bennett s'est engagé à agir pour mettre fin à la violence, avec notamment l'approbation, en début de semaine, d'un budget de 2,5 milliards de shekels (670 millions d'euros) sur cinq ans.

Le projet inclut des mesures inédites, notamment la mobilisation du service de sécurité intérieure du Shin Bet et l'élargissement des pouvoirs de la police. 

Le plan va bientôt être soumis au Parlement, où il devrait être adopté dans le cadre du vote du prochain budget.