Israël: grève générale des enseignants pour le deuxième jour consécutif

i24NEWS

3 min
Une école vide à Tel Aviv, alors que les cours commencent à 10 heures du matin suite à une grève du syndicat des enseignants, le 19 juin 2022.
Avshalom Sassoni/Flash90Une école vide à Tel Aviv, alors que les cours commencent à 10 heures du matin suite à une grève du syndicat des enseignants, le 19 juin 2022.

La grève décidée par le syndicat des enseignants concerne les écoles maternelles et primaires

Les écoles du pays sont fermées ce jeudi pour la deuxième journée consécutive après la reconduction du mouvement de grève générale par le syndicat des enseignants israéliens, alors que les négociations avec le ministère des Finances sont au point mort.

Les enseignants avaient déjà entamé une grève partielle il y a quelques jours en raison de désaccords concernant leurs revendications sur leurs salaires et leurs conditions de travail. Ils protestent également contre la réforme des congés scolaires.  

Video poster

Les cours ont ainsi commencé avec plusieurs heures de retard cette semaine, avant une grève totale entamée mercredi.

La grève décidée par le syndicat dirigé par la charismatique Yaffa Ben David, concerne les écoles maternelles et primaires, tandis que les établissements d'enseignement spécialisé continuent à fonctionner normalement. 

Les collèges et les lycées ne sont pas concernés puisque l’année scolaire s’est terminée mardi dans ces établissements.

En tout, 1.5 million d’enfants sont de nouveau privés d’école d'aujourd'hui.

Bien qu'ils soutiennent les revendications salariales des enseignants, les parents expriment leur colère, estimant être "pris en otages" au sortir de deux années difficiles liées à la pandémie, à la suite desquelles ils n'aspirent qu'à un retour à la routine pour eux et leurs enfants.

S'exprimant mercredi dans les médias, la ministre de l'Education Yifat Shasha-Biton a accusé le ministre des Finances, Avigdor Lieberman, d'être responsable des tensions en raison de son refus de discuter avec le syndicat des enseignants. 

Afin de trouver une solution d'urgence, Avigdor Liberman a annoncé que son ministère paierait le salaire des assistantes maternelles afin que les jardins d'enfants puissent ouvrir normalement. Rémunérées par les municipalités, celles-ci ne dépendent pas du syndicat enseignant et peuvent donc travailler.     

Video poster

"Il n'y a pratiquement aucun fossé entre le Trésor et la Histadrout (principal syndicat de travailleurs israéliens). Si le ministre des Finances dit qu'il souhaite entamer des négociations intensives dimanche prochain en dépit de la situation politique, alors quelle raison y a-t-il pour lancer une grève aujourd'hui", s’est insurgé Merom Shiff sur Kan. 

Mercredi, certaines localités sont parvenues à contourner la grève en prenant en charge des enfants dans le cadre de certains programmes, ou en faisant appel à des assistantes maternelles pour gérer des jardins d'enfants. 

Celles-ci ne sont pas adhérentes du syndicat car elles sont employées par les municipalités, et non par le ministère de l'Éducation.

De nombreux parents se sont toutefois retrouvés sans solution pour faire garder leurs enfants, et n'ont pas pu se rendre à leur travail.

Cet article a reçu 3 commentaires