Quantcast i24NEWS - Un ministre israélien demande à Twitter de fermer les comptes d'organisations terroristes

Un ministre israélien demande à Twitter de fermer les comptes d'organisations terroristes

Twitter says it is taking a new approach in the battle against online trolls, focusing on behavior of some users in addition to content
LOIC VENANCE (AFP/File)

Le ministre israélien de la Sécurité publique, Gilad Erdan, a exhorté Twitter à désactiver les comptes liés à des groupes terroristes tels que le Hamas, le Djihad islamique ou le Hezbollah, avertissant que le géant des réseaux sociaux pourrait faire face à des accusations criminelles en cas de désaccord.

Gilad Erdan a annoncé mardi avoir envoyé une lettre au PDG de Twitter, Jack Dorsey, lui indiquant qu’il est "intolérable que les organisations appelant au meurtre d'innocents puissent ouvrir des comptes Twitter".

Le ministre israélien a ajouté que permettre que des contenus soient publiés sur le réseau social par de telles factions pourrait constituer une violation des lois israéliennes anti-terroristes et qu’ils pourraient exposer le site de micro-blogging à des mesures pénales.

Les organisations du Hamas et du Djihad islamique, basées à Gaza, ainsi que celle du Hezbollah, originaire du Liban, sont toutes considérées comme terroristes par Israël et les Etats-Unis ainsi que par l’Union européenne, qui fait toutefois une différence entre les branches militaire et politique de la faction chiite libanaise.

S'exprimant lors du Forum international sur la sécurité intérieure à Jérusalem, Gilad Erdan a déclaré que Twitter avait par le passé déjà refusé de supprimer du contenu posté par des groupes terroristes sur le réseau social.

AP Photo/Tsafrir Abayov

En mars, la ministre israélienne de la Justice, Ayelet Shaked, avait déjà indiqué que Twitter ne prenait pas de mesures suffisantes à l’encontre des messages incitant à la haine ou à la violence contre Israël.

La ministre israélienne avait critiqué le site de micro-blogging, indiquant qu’il était devenu le média social préféré des terroristes.

"Les organisations terroristes ont désormais choisi Twitter plutôt que Facebook. La raison est simple: Facebook répond efficacement à nos demandes de supprimer du contenu terroriste, alors que Twitter les ignore", avait déclaré Ayelet Shaked.

"Nous envisageons une action en justice contre [le réseau social]", avait-elle ajouté.

Gali Tibbon (AFP/File)

Gilad Erdan a ravivé ces critiques mardi, déclarant que Twitter permet aux groupes terroristes "d’opérer ouvertement avec peu ou pas d'interférence" et notant que le Hamas utilise un compte Twitter officiel depuis mars 2015.

"Twitter, contrairement à d'autres entreprises de réseaux sociaux, est resté sourd aux demandes des autorités israéliennes qui exigeant la suppression de contenus terroristes et la fermeture des comptes concernés", a ajouté M. Erdan.

Suite aux attentats de novembre 2015 à Paris et à ceux de décembre dans le sud de la Californie – tous deux revendiqués par l’Etat islamique - le site de micro-blogging avait fait l’objet de pressions importantes en 2016 pour que les "contenus terroristes" soient supprimés de sa plateforme.

Twitter avait alors suspendu des centaines de milliers de comptes "menaçant de commettre des actes terroristes ou les ayant promu". Le réseau social avait également promis de prendre de nouvelles mesures pour lutter contre les contenus faisant la promotion de la violence.

Commentaires

(1)

Très bonnes initiatives , il est inconcevable et inadmissible que des groupes terroristes reconnuent par le monde puissent utiliser les réseaux sociaux pour appeler au meurtres et aux attentats

8Article précédentIsraël: plan d’urgence pour le lac de Tibériade, touché par une sécheresse exceptionnelle
8Article suivantIsraël: un tribunal invalide des aveux dans un triple meurtre de Palestiniens