Quantcast i24NEWS - Jérusalem: lors de la Coupe du monde, Juifs et Arabes vont droit au but

Jérusalem: lors de la Coupe du monde, Juifs et Arabes vont droit au but

La séance de tirs au but organisée par Kulna Jerusalem, lors de l'événement Goals and Gates
Ricky Rachman

Du haut de ses quelque vingt mètres, la fameuse tour de David surplombe les murailles de la vieille ville de Jérusalem. En son contrebas lundi soir, alors que la journée s’achève et que le soleil se couche peu à peu, la pelouse synthétique verte et la cage de football qui y a été déposée ont recouvert les pierres couleur crème qui habillent habituellement les ruelles sinueuses du quartier.

Empruntant la porte de Jaffa, les participants au 'Goals and Gates' ('Des buts et des Portes') arrivent peu à peu. Ce tournoi de pénaltys, qui se déroule en plein cœur de la vieille ville de Jérusalem, a été spécialement mis en place pour la Coupe du monde 2018 par l’organisation Kulna, fondée en 2016 par un groupe d’amis composé de Juifs et d’Arabes et issus des différents quartiers de la ville sainte.

"Le but de nos événements est de rassembler Juifs et Arabes autour de différents projets culturels ou sportifs", explique à i24NEWS Zaki Djemal, co-fondateur de l’organisation.

Ricky Rachman / Tower of David Museum

Ce lundi soir, 11 membres actifs dans différents projets mis en place par Kulna Jerusalem se retrouvent face à une cage de football; cette dernière a été placée tout près des murailles de la vieille ville et est gardée par un sportif bien entraîné… Cette séance de tirs au but bon enfant marque le début du tournoi Goals and Gates. Courant juillet, à la fin de la compétition, le "roi du pénalty de Jérusalem" sera désigné.

Pour donner un caractère encore plus festif à l’événement, le groupe de capoeira ‘Menino Boom’ - dont les membres sont issus du quartier arabe de Beit Hanina - a été invité à performer sur place. Danseurs et musiciens s’occupent de mettre l’ambiance alors que la séance de tirs au but bât son plein.

Ricky Rachman / Tower of David Museum

Malgré le fait que son essai n’ait pas été concluant, Sabreen garde le sourire. "Je n’étais visiblement pas assez entraînée… Et puis tout ce monde autour de vous, c’est stressant !", plaisante la jeune femme, Arabe israélienne. "Ce qui me plaît c’est de voir des gens, ensemble. Je suis sans cesse à la recherche des deux cultures, arabe et juive", précise cette membre de Kulna Jerusalem. Sourire aux lèvres, en tenue de sport et équipée d’une casquette noire, elle précise que pendant la Coupe du monde, l’ambiance est bien plus survoltée à Beit Lehem que dans la ville sainte, "même si toutes les équipes arabes ont été éliminées".

Le football, potion miracle pour coexister ?

Sam, 23 ans, est lui aussi ravi d’être présent à l’événement Goals and Gates, co-organisé par le Musée de la Tour de David. Pour l’occasion, il s’est vêtu d’un maillot et d’un short de foot, et a enfilé ses crampons.

Membre d’un projet musical entre Juifs et Arabes "qui marche très bien" depuis son lancement par Kulna, le jeune homme confie toutefois que "la politique est très présente" dans la vie de tous les jours à Jérusalem. "Cela rend les choses compliquées", précise-t-il à i24NEWS. "Les enfants ne devraient pas grandir dans la haine de l’autre", estime le jeune homme, qui habite un camp de réfugiés palestiniens situé dans un quartier est de Jérusalem, et sait bien de quoi il parle...

Adolescent, Sam a été repéré par le Beitar Jérusalem. Un club de football particulièrement apprécié en Israël mais dont la réputation est entachée par le comportement de certains supporters, ouvertement racistes. "Pendant trois ans, j’ai été le seul Arabe au sein de la sélection. Sur le terrain, le collectif fonctionnait très bien, mais une fois sortis des vestiaires, les équipiers ne m’adressaient plus la parole", confie Sam. "Le coach (un Israélien, NDLR) m’a beaucoup aidé, il a été comme un père pour moi. Mais il m’a clairement dit que je n’arriverai jamais à percer dans le football en Israël, parce que je suis Arabe", se rappelle ce passionné du ballon rond.

Ricky Rachman / Tower of David Museum

Si lundi soir il ne peut cacher son engouement pour l’événement Goals and Gates, Zaki Djemal est bien conscient de la situation. "Le football est le sport le plus populaire du monde, il rapproche les gens. On ne se dit plus ‘Je suis Juif’ ou ‘Je suis Arabe’ mais ‘Je suis un fan de foot !’. Cependant, il y a encore un gros travail à faire", confie le co-fondateur de Kulna Jerusalem.

Autre preuve que le football est un vecteur de coexistence important en Israël, lors de son déplacement dans l'Etat hébreu le prince William se rendra au Peres Center pour la Paix, à Jaffa, pour une rencontre sportive entre des jeunes représentant les différentes communautés religieuses et ethniques du pays.

Pour la grande finale du Goals and Gates, Kulna Jerusalem a choisi un lieu plus que symbolique: la porte de Jaffa, haute de 6 mètres, qui sera transformée en gigantesque cage de football et farouchement gardée tour à tour par Itzik Kornfein, un ancien du Beitar Jérusalem, et Rafi Cohen, ancien gardien de l’équipe nationale israélienne.

Ricky Rachman / Tower of David Museum

Parfois lieu de vives tensions, ayant menées à un attentat au couteau mortel en 2015, la porte de Jaffa est avant tout un lieu chargé d’histoire. Cet été, elle deviendra l’épicentre de la coexistence. "Que ce soit les Croisés, des rois, ou encore des sages, ils ont été nombreux à entrer [dans la vieille ville de Jérusalem] par cette porte. Pour moi, ce lieu est un passage que l’on peut franchir, pour avancer et faire changer les choses", confie, optimiste, Zaki Djemal.

La grande finale du tournoi Goals and Gates aura lieu les 10 et 11 juillet dans la ville sainte. Le "roi du pénalty" qui gagnera la compétition se verra récompenser d’un billet d’avion pour une ville d’Italie où la ‘jeunesse’ et le football sont particulièrement célébrés… en d’autres mots, Turin !

Laura Jeanneau est journaliste pour le site d'i24NEWS en français.

Commentaires

(0)
8Article précédentIsraël: un tribunal invalide des aveux dans un triple meurtre de Palestiniens
8Article suivantTel Aviv, ville la plus chère du Moyen-Orient pour les expatriés (étude)